jeudi 31 mai 2012

Sara Gruen, De l'eau pour les éléphants

Résumé
Durant la Grande Dépression, dans les années 1930, les trains des petits cirques ambulants sillonnent les États-Unis. Jacob Jankowski, orphelin sans le sou, saute à bord de celui des frères Benzini et de leur " plus grand spectacle du monde ". Embauché comme soigneur, il va découvrir l'envers sordide du décor. Tous, hommes et bêtes, sont pareillement exploités, maltraités.

Sara Gruen fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misère qui unit Jacob, Marlène la belle écuyère, et Rosie, l'éléphante que nul jusqu'alors n'a pu dresser, dans un improbable trio.

Alyson Noel, Éternels tome 1

Résumé 
Avant l’accident, Ever Boom était une adolescente comme les autres. Elle a perdu toute sa famille dans cet épisode tragique, et reçoit soudain un terrible don : celui de lire dans les pensées des gens, de voir leur aura et de connaître leur vie en les touchant. Elle se renferme alors sur elle-même et évite le contact. Les élèves du lycée la regardent comme une bizarrerie, la pointent du doigt… jusqu’au jour où elle rencontre Damen Auguste. Damen est mystérieux, plein de charme et terriblement beau. Toutes les filles du lycée se le disputent mais c’est à Ever qu’il s’intéresse. Or c’est le seul être dont elle ne peut pas découvrir les pensées. Et personne ne sait réellement qui il est ni d’où il vient. La seule chose dont Ever est sûre, c’est qu’elle est profondément et irrémédiablement amoureuse de lui. 


Alexandra Adornetto, Halo tome 1


Résumé
Trois anges descendent du Ciel pour maintenir la paix dans un monde peu à peu rongé par les Forces du Mal. D'abord il y a Gabriel, le guerrier, puis Ivy, la guérisseuse, enfin Bethany, la plus jeune et aussi la plus humaine. Sous l'allure d'adolescents, les trois anges intègrent incognito le lycée de Venus Grove, un endroit en apparence tranquille... La fratrie a des consignes claires : ne pas dévoiler ses pouvoirs et surtout ne pas s'attacher aux humains... Mais personne ne pouvait prévoir que la rencontre entre Bethany et Xavier, un simple mortel, ferait des étincelles. C'est l'alchimie irrésistible. L'attirance interdite.
Alors que les Ténèbres se rapprochent, l'ange Bethany doit choisir : l'avenir du monde ou l'amour avec un grand A ?
Ma critique
J'ai été très heureuse de découvrir cette jeune auteure australienne par cette lecture qui a été pour moi un vrai moment de fraîcheur. J'ai dévoré le roman en seulement une journée et j'attends déjà avec impatience que la suite soit disponible à la médiathèque!

Concernant le style de l'auteure, il s'agit bel et bien d'une écriture fluide et facile typique aux romans jeunesse et Young Adult. Il est difficile de poser le roman tellement on se sent pris dans l'histoire. Les chapitres sont courts et les titres bien adaptés au contenu. Je glisse aussi un petit commentaire sur la couverture que je trouve très belle!

Les personnages du roman sont très intéressants et on peut facilement s'y attacher et aussi, pour certains adolescents, s'y identifier. Bethany est le personnage principal de l'histoire. Sa jeunesse (en années de naissance dans le monde divin des anges) la rend naïve et inexpérimentée et cela lui cause des ennuis, car elle s'attache beaucoup aux humains qui lui apportent un sentiment de proximité et de chaleur différent de celui qu'elle reçoit de son frère et de sa soeur. Son petit copain, Xavier, est un garçon adorable qui se rapproche du prince charmant qu'on retrouve dans les rêves de petites filles. Il est prêt à tout pour protéger Bathany et agit en héros avec un grand côté romantique et de petites attentions. Inutile de dire que toutes les filles du lycée à Venus Grove en sont éprises. Cependant, son personnage est un peu cliché, car en plus d'être beau et charmant, c'est un grand sportif. La soeur de Bethany, Ivy, est d'une grande patience et très posée. Elle a tendance à réfléchir aux événements avant de s'affoler. C'est son calme et son attitude qui la rend précieuse aux yeux de Bethany. Son frère, Gabriel, représente plutôt le côté autoritaire, un peu comme un père. Il juge ce qui est dangereux pour elle, lui donne des conseils et l'accable de réprimandes lorsqu'elle n'agit pas comme convenu pour la réussite de leur mission sur Terre.

L'intrigue du roman ne manque pas d'intérêt. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant dans ces pages. Tout au long de l'histoire il y a des méfaits qui surviennent et on ne sait pas qui les a causés, sauf au trois quart du roman. On découvre la vie d'adolescente de Bethany au cours de laquelle elle se mêle avec des filles du lycée et découvre leurs activités. Gabriel enseigne la musique et découvre comment sont les jeunes. Les filles ont un pince pour lui, mais il ne cède pas. Cependant, est-il si centré sur sa mission qu'il ne le prétend? Cela reste à confirmer dans le tome suivant! Ainsi que le fait que Molly n'abandonnera pas ses efforts pour le séduire.

Ce que j'ai le plus aimé dans ce roman c'est qu'il était très bien écrit et qu'il n'y avait pas de longueurs.

Cependant, le côté démoniaque représenté par Jake Thorn arrive trop tard dans l'histoire. J'ai l'impression que je n'ai pas eu suffisamment le temps de m'imprégner de son personnage et de prendre conscience de qui il est vraiment. Ses apparitions sont sporadiques, et son rôle n'est pas assez prédominant à mon goût dans l'histoire. Peut-être mettra-t-il plus de piquant dans le deuxième tome?

Une saga à lire si vous aimez le mélange jeunesse et fantastique et si comme moi, les anges vous font rêver!

vendredi 25 mai 2012

Jean-Pierre Goux, Siècle bleu (Ombres et lumières)

Résumé
Traqué au coeur du pays navajo, Abel Valdés Villazon, le leader du groupe écologiste Gaïa, révèle un mensonge d'Etat effroyable et espère ainsi provoquer la chute du gouvernement américain. Mais ce secret dissimule un complot bien plus vaste qui implique Pékin et le milliardaire Cornelius Fox.

La Maison Blanche pour se défendre, lance toutes les forces du pays aux trousses de Gaïa tandis qu'une bombe atomique explose dans le désert du Nouveau-Mexique.

Aidés par un mystérieux hacker et bénéficiant peu à peu du soutien de la population, Abel et sa femme Lucy se battent pour survivre et leur combat devient le symbole de l'opposition entre deux visions de l'Homme.

La Révolution bleue se met en marche. Les rêves d'une poignée d'individus suffiront-ils à infléchir la marche d'un monde au bord de l'effondrement ?

Mafias, raréfactions des ressources naturelles, paradis bancaires, hacking, machinations d'Etat, menace nucléaire, Ombres et Lumières nous plonge dans les arcanes les plus secrètes de notre société.
Ma critique
Tout d'abord, un gros merci au forum Club de lecture pour m'avoir fait découvrir ce nouvel auteur qui en est à son deuxième roman et qui est, ma foi, très prometteur!

Concernant le style de l'auteur, j'ai apprécié le fait que les jours et les lieux soient mis en caractère gras, car la notion de temps est très importante dans ce thriller écologique ou la perte de l'astronaute coincé sur la lune dépend de l'avancement de l'intrigue. Pour un roman très politique et très engagé, je trouve que l'auteur vulgarise très bien les concepts financiers et écologiques qu'il apporte. Les pages se tournent l'une après l'autre et on a toujours l'impression que quelque chose d'important va survenir et va changer le cours de l'histoire. Un texte clair et très bien rédigé, approprié dans le cas d'un roman comme celui-ci qui met de l'avant des concepts assez complexes comme la fraude financière et le blanchiment d'argent.

Pour ce qui est des personnages, une brève description physique est faite, mais on voit que les caractériser psychologiquement n'est pas de la plus grande importance dans le contexte de l'histoire. On trace davantage la psychologie des phénomènes financiers sous-terrains et autres sujets qui sont le centre de l'intrigue. Les personnages me paraissent donc seulement comme des acteurs dans un monde qui dirige l'histoire. Il y a Lucy, la femme d'Abel qui s'avérera jouer un rôle d'actrice exceptionnel. Cependant lorsqu'elle annonce qu'elle est enceinte, j'ai eu un petit doute. Est-ce vraiment Abel le père ou Philip ? Abel est le personnage cible de l'histoire; le bouc-émissaire, celui qu'on accuse de tout et qu'on pourchasse alors que ses intentions sont des plus honorables. Fort de caractère, il parvient à faire son chemin et à enfreindre les obstacles les uns après les autres. La panthère noire qu'il porte en lui et son pouvoir de chamane font de lui un être puissant qu'il ne faut pas prendre à la légère. Paul Gardner, astronaute pris sur la lune, auteur de plusieurs billets de blog tente de faire entendre raison à la population. À travers ses réflexions, j'ai pris conscience de l'importance de maintenir un équilibre sur la terre, de s'entraider et de protéger nos ressources naturelles. La notion de Siècle bleu qu'il énonce rappelle la pureté d'une planète sans encombre. Il utilise des métaphores très fortes, notamment celle du baobab que j'ai retenue. Des passages qu'on ne se lasse pas de relire, un peu comme un recueil de poésie dans lequel quelques poèmes atteignent notre tranquillité et mettent en branle un processus de réflexion très long. C'est le cas de certaines réflexions faites par Paul Gardner qui se rapportent à la négligence humaine d'aujourd'hui.

Concernant l'intrigue, je suis heureuse qu'un auteur évoque ouvertement et de façon imagée les fléaux qui font aujourd'hui partie de notre quotidien. La crise du pétrole, les luttes pour les ressources naturelles, la question de la bombe atomique...Autant d'événements écologiques qui ne cessent de nourrir les médias et les discussions sur les tribunes. Ce roman c'est l'actualité mise en métaphore. Tout un concept mis en place entre les États-Unis, les chinois et un groupe protecteur, Gaia pour mettre en lumière la question de l'atmosphère sur la lune, du commerce discret monétaire et de tous les rudiments concernant l'environnement. Car les fraudes monétaires et les pots-de-vin sont nombreux ces dernières années. Je crois que l'intrigue de ce roman ne vise pas un pays en particulier, car je pense qu'autant au Québec qu'ailleurs, on doit vivre quelque part des problèmes très similaires.

Ce roman est à lire absolument pour ceux qui souhaitent avoir une vision différente de la politique et de l'actualité, mais aussi pour les fervent protecteurs de l'environnement et ceux qui sont curieux de découvrir les débats de la société d'aujourd'hui. Il s'agit d'un ouvrage engagé qui vise à responsabiliser et à donner une bonne prise de conscience. Si vous ne tirez aucune leçon de la lecture de ce roman, c'est que vous l'avez lu trop rapidement ou que vous ne l'avez tout simplement pas compris. 


Ce qui m'a plue le plus c'est de voir l'actualité énoncée sous un regard différent, mais aussi de comprendre les dessous de certains caïds de la finance. La corruption est omniprésente et il est étonnant de voir à quel point elle peut demeurer cacher très longtemps.


Ce qui m'a le moins plue, c'est la fin avant l'épilogue. Une fin un peu trop légère selon moi. J'aurais pris quelque chose d'un peu plus engagé pour continuer dans la logique de l'intrigue. Autrement, pour moi, ce roman est un bijou que je conserverai absolument! 

Pour en savoir plus sur la saga Le siècle bleu, n'hésitez pas à consulter le site web suivant: www.sieclebleu.org

mardi 22 mai 2012

C.J. Daugherty, Night School

Résumé
Qui croire quand tout le monde vous ment ?
 
Tout l’univers d’Allie Sheridan menace de s’effondrer. Elle déteste son lycée. Son grand frère a fugué. Et elle vient de se faire arrêter par la police pour vandalisme. Une fois de plus. C’en est trop pour ses parents qui décident de l’envoyer loin de Londres et de ses mauvaises fréquentations, dans un internat perdu dans la campagne et au règlement quasi militaire. Avec son architecture gothique et son personnel en livrée, l’école privée Cimmeria semble tout droit sortie d’une autre époque. On y travaille dur. Ni les ordinateurs ni les téléphones portables n’y sont autorisés. L’établissement est fréquenté par un curieux mélange de surdoués, de rebelles et de fils de millionnaires. Mais, contre toute attente, Allie s’y plaît. Elle se fait des amis et rencontre Carter, un garçon solitaire et ténébreux, aussi fascinant que difficile à apprivoiser…

Peu après son arrivée, cependant, des événements étranges commencent à se produire : Allie est attaquée dans le parc, des élèves inscrits à la très secrète et très fermée « Night School », dont les activités demeurent un mystère pour qui n’en fait pas partie, rentrent blessés de leurs activités. Pire, le soir du bal, une camarade est assassinée de façon horrible… Allie prend alors conscience qu’il se joue à Cimmeria des choses beaucoup plus obscures que ce qu’on veut bien lui révéler. Ses camarades, ses professeurs, et peut-être même ses parents, lui cachent d’inavouables secrets. Cernée par les mensonges et le danger, Allie devra rapidement choisir à qui se fier.

dimanche 20 mai 2012

Pierre Choderlos de Laclos, Les liaisons dangereuses

Résumé
La jeune Cécile Volanges quitte son couvent pour faire l’apprentissage du monde et épouser le comte de Gercourt, mais une de ses parentes, la marquise de Merteuil, entend profiter de ce projet de mariage pour se venger d’une infidélité que lui a faite autrefois Gercourt. Elle charge donc son complice, le vicomte de Valmont, de pervertir Cécile avant ses noces. Mais loin de Paris, dans le château de sa vieille tante, Valmont s’est de son côté mis en tête de séduire la dévote présidente de Tourvel, et une idylle bientôt se noue entre la « petite Volanges » et le jeune Danceny.

vendredi 18 mai 2012

Sarah Addison Allen, Amours et autres enchantements

Résumé
Bienvenue à Bascom où l'étrange famille Waverly alimente depuis des générations les légendes les plus fantasques. Il y a Claire qui, entre les plats aux vertus magiques qu'elle cuisine et la carapace qu'elle s'est forgée pour ne plus souffrir, pensait avoir tout ce dont elle avait besoin. Il y a Evanelle qui offre les objets les plus insolites mais dont l'utilisation se révèle forcément bénéfique à un moment donné. Et puis il y a Sydney qui revient après des années d'absence avec une fille de 6 ans et un secret qu'elle est déterminée à préserver... A cela ne manquait plus qu'un charmant voisin décidé à courtiser Claire la solitaire pour que la vie de tout ce petit monde s'emballe joyeusement !

Carole Martinez, Le coeur cousu

Résumé
Dans un village du sud de l'Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse...
Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s'initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs, elle est condamnée à l'errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d'enfants, eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels.
Carole Martinez construit son roman en forme de conte: les scènes, cruelles ou cocasses, témoignent du bonheur d'imaginer. Le merveilleux ici n'est jamais forcé: il s'inscrit naturellement dans le cycle de la vie.
Ma critique

J'ai découvert cette auteure par le biais de la lecture commune de juillet sur le forum Livraddict. Ce n'était pas un de mes premiers choix, mais compte tenu de l'abondance de votes que ce roman a reçu, je me suis laissée tenter par la découverte.

Concernant le style de l'auteure, il n'est pas du tout apparent qu'il s'agit de son premier roman. Elle écrit avec une plume habile et sait créer des phrases complexes et lourdes de sens. Cependant, je crois qu'elle a trop usé des figures de style. L'esthétisme qu'elle a cherché à donner à ses phrases a en quelque sorte compliqué ma lecture et l'a rendue plus lourde. J'aurais aimé des descriptions plus simples et plus fluides de façon à s'agencer parfaitement avec le reste du texte. Malgré tout, sa plume est excellente et très littéraire.

Les personnages qu'elle a créés sont d'une originalité sans pareil. Frasquita, mère et personnage principal de l'histoire, fait des miracles avec du fil et une aiguille. Elle crée des oeuvres majestueuses à partir de quelques bouts de tissu. Sa fille Clara possède une brillance qui fait tourner la tête des autres. Pedro se démarque par ses cheveux rouges. Martirio se démarque par sa froideur et finalement, Anita par sa gentillesse et sa bonté. Seule Soledad, le petite dernière, ne bénéficie pas d'une description absolue de son personnage. On en apprend très peu sur elle dans l'histoire, car c'est elle qui narre le roman. J'aurais malgré tout apprécié de savoir ce qu'il advenait de son personnage à la fin, comment elle choisirait de poursuivre sa vie bien qu'on sait déjà au début du roman qu'elle ne souhaite pas se marier.

L'intrigue, quant à elle, m'a laissée perplexe. Le roman est divisé en trois sections et j'ai eu l'impression qu'à chaque section, on aurait pu faire un roman distinct, soit les tomes 1,2 et 3. Le seul lien conducteur ce sont les personnages de Frasquita et de ses enfants qui reviennent. Seulement, j'ai trouvé que le lien entre chaque partie était un peu mal conçu. La magie est pourtant bien intégrée. Dans les diverses scènes on peut facilement découvrir le talent de couturière de Frasquita, tout comme l'importance accordée à la petite boîte qu'il faut transmettre, mais ne pas ouvrir avant un certain délai. Les personnages sont magiques en soit et c'est ce qui rend l'histoire intéressante. En dehors de cela, j'ai trouvé que le reste n'avait pas vraiment de contenu. La première partie traite des combats de coqs alors que la deuxième parle de la rébellion des paysans contre ceux qui les privent de vivres. Il n'y a aucun lien entre ces deux parties, d'ou le manque d'intérêt pour ce qui est narré. La troisième partie voit revenir José, le père des enfants, mais c'est surtout la nouvelle vie de Frasquita dans son nouveau quartier qui est abordé. On y voit comment elle exploite son talent, les amours de ses enfants et le quotidien de la petite famille. C'est décidément cette partie que j'ai trouvée la plus intéressante et la mieux réussie. La magie était bien préservée!

Ce que j'ai le plus aimé ce sont les personnages originaux qui m'ont fait sourire ainsi que la présence de la magie au quotidien!

Ce qui m'a déçu le plus c'est de faire face à une intrigue un peu décousue et dénuée d'intérêt alors qu'avec des personnages si bien caractérisés, on aurait pu créer quelque chose de beaucoup plus percutant et poignant!

Malheureusement, je ne recommande pas ce roman. Les 400 pages qu'il contient m'ont pris énormément de temps, car j'avais de la difficulté à le terminer.

Je lui donne une note de 2/5.

jeudi 17 mai 2012

S.J. Parris, Le temps de la prophétie

Résumé
En l'an de grâce 1583, l'Angleterre tremble dans l'attente de la Grande Conjuration. Des bas-fonds de Londres jusqu'à la Cour, la prophétie qui prédit la mort de la reine Elisabeth et la chute du royaume cristallise les peurs et attise la haine des catholiques. De retour à l'ambassade française ou il poursuit ses recherches, Giordano Bruno est rattrapé par son rôle d'espion au service de Sa Majesté. Tandis que les partisans de Marie Stuart s'allient en secret, le corps d'une demoiselle d'honneur de la reine est découvert sans vie dans l'enceinte du palais. Sorcellerie pour certains, fanatisme pour d'autres, le symbole astrologique de la planète Jupiter, par laquelle se réalisera la prophétie, a été gravé sur le coeur de la victime. Pour le Napolitain, une seule certitude : derrière chaque mystère se cache la main de l'Homme...
Ma critique
Je vais entamer ma critique en remerciant les éditions 10/18 ainsi que le forum Partage Lecture de m'avoir faire découvrir ce roman à la fois policier et historique tout à fait extraordinaire!

Je ne connaissais pas l'auteur avant de lire ce roman, c'est donc dire qu'il s'agit d'une véritable découverte! Son style est très fluide et parfaitement rythmé à l'histoire. Chaque chapitre est identifié par le lieu ou se déroule les événements, ce qui facilite l'association entre les personnages et leur lieu de résidence. Entre Whitehall, Salisbury Court et Mortlake, pour bien comprendre le déroulement des événements, il est crucial de pouvoir situer les personnages. La notion de temps est aussi présente tout au long du roman ce qui m'a grandement aidée! Les phrases sont bien construites et on sent que l'auteur ne s'emmêle pas dans les détails inutiles.

Les personnages sont très bien décrits tant dans leurs gestes, leurs émotions et les paroles qu'il tiennent. Dans un roman policier, les visages, les gestes et les mots sont autant d'indices que le lecteur relève pour tenter de démystifier le coupable. Ainsi, Howard est considéré comme le méchant qui déteste le héros, Bruno. Dee est l'astrologue naïf qui prend des mauvaises décisions et subit les conséquences. Marie, l'épouse de l'ambassadeur Castelnau, agit de façon qu'on se demande toujours pourquoi elle fait preuve d'autant de charme avec les hommes. Est-ce parce ce que Castelnau, son mari, est trop pris par ses affaires? Douteuse personnalité...Quant à Fowler, accolyte de Bruno qui travaille de concert avec lui pour trouver l'assassin de Cecily Ashe, il est impassible et ne montre que très rarement ses émotions. Ces petites descriptions de personnages sont pour vous montrer que l'auteur leur crée des personnalités toutes différentes de façon à ce que le lecteur soit floué tout au long du roman quant à l'auteur du crime. L'effet est bien réussi, car je n'étais pas parvenue à percer le mystère avant la fin!

L'intrigue est selon moi ce que l'auteur a le mieux réussi. L'histoire se déroule à Londres, ville dans laquelle les jours brumeux sont chose du quotidien et ou la pluie est omniprésente. Les soirs sont chargés de brume ce qui crée une atmosphère propice aux attaques et aux surprises extérieures. L'aspect politique entre la France et l'Angleterre ainsi que l'aspect religieux entre les catholiques et les protestants ont été pour moi très difficiles à comprendre au début de l'histoire. Savoir reconnaître quels personnages étaient associés à Marie Stuart et à la reine Élisabeth a été un travail de dure labeur. Heureusement qu'au fil des pages tout s'est concrétisé, car je crois qu'un lecteur ne comprenant pas ces deux aspects, perd la compréhension des meurtres et des alliances dans l'histoire. L'ensemble de l'intrigue est basée sur des relations de pouvoir et sur la religion. Les relations entre les personnages évoluent de façon graduelle de sorte qu'on ne s'attend pas à voir survenir certaines choses. Certains personnages sont transparents alors que d'autres sont plus mystérieux. Comment démystifier le coupable dans tout ça? Il pourrait aussi bien se situer du côté de la couronne britannique que chez les catholiques! C'est cet aspect de mystère que conserve l'auteur tout au long du roman qui rend l'intrigue passionnante. Les meurtres ne semblent pas survenir de nul part, ils s'insèrent dans une logique impeccable, mais qui pourtant, est difficile à comprendre avant la fin du roman pour le lecteur.

Ce que j'ai le plus apprécié de ce roman c'est la façon dont l'intrigue est tissée. Les meurtres sont bien ficelés ainsi que les relations entre les personnages. Les indices sont très peu présents ce qui rend toute possibilité de découverte pour le lecteur quasi impossible à moi d'être quelqu'un de vraiment sceptique!

Ce que j'ai le moins apprécié, c'est que certains éléments politiques et religieux me sont restés flous. J'aurais peut-être apprécié davantage de détails sur les relations entre la France et l'Angleterre de façon à mieux comprendre les motivations des personnages et des meurtres commis.


Une note parfaite pour ce roman parce qu'il en vaut vraiment le détour sans pour autant être un coup de coeur.

Robin Hobb, Le soldat chamane tome 2: Le cavalier rêveur

Résumé
Jamère Burvelle poursuit ses études à l'Ecole royale de cavalerie, mais l'antagonisme entre fils d'anciens et de nouveaux nobles croît toujours, attisé par le directeur de l'établissement qui expulse des élèves de la nouvelle aristocratie. La tension mène à des affrontements. Pris dans cette tourmente, Jamère doit faire face aux exigences de la Femme-arbre qu'il voit dans ses rêves...
Ma critique
Ce deuxième tome a été beaucoup plus riche en action que le premier. Alors que ce dernier a établi les bases de l'histoire notamment sur les origines des personnages et sur le conflit politique dans la ville au sein du comité des seigneurs, le deuxième tome ne fait que soulever encore davantage le clivage entre l'ancienne noblesse et la nouvelle noblesse.

Concernant les personnages, la patrouille de Carnes se doit plus que jamais de s'entraider les uns les autres dans les cours et les examens, car c'est de leur succès que dépendra leur élimination. Des sous-groupes se créent au sein de la patrouille. Trist ne cesse de râler contre le surpoids de Gord et ses aptitudes à devenir un bon lieutenant. Quelques uns approuvent la décision de Trist, alors que Jamère ne peut pas approuver, car son meilleur ami Spic se fait aider par Gord en mathématiques. Des étudiants rebelles s'en prennent à Gord et au lieutenant Tibre. Caulder, le fils de du colonel Stiet écoute aux portes et se croit tout permis. Il finit par se faire faire un mauvais coup par des étudiants de l'école. Comme de fait, Jamère ne se trouve jamais à la bonne place au bon moment et reçoit tous les blâmes. De bon coeur décide-t-il d'aider ses compères, il se rend compte qu'il aurait du s'abstenir dans plusieurs situations. De plus, Jamère prend de plus en plus connaissance de la magie que transporte la femme-arbre et du danger qu'elle représente. Son monde parallèle devient tout aussi inquiétant que sa vie au sein de l'école et des injustices qui y règnent.

Concernant l'intrigue, on a mentionné au début du premier tome la situation de peste parmi les ocellions. Or, lors de l'événement de la Nuit noire, des étudiants de la cavalla sont en contact direct avec les ocellions et transmettent la peste au sein de l'école. Suite à cet événement tragique, car beaucoup trépassent, on ne connait pas les résultats des examens passés auparavant ni le nom de la patrouille qui sera éliminée. Heureusement, suite à cet événement, on assiste à des changements au sein de l'école qui aura pour effet de régler les injustices et de redorer le blason d'une école supposée former des lieutenants en ne disqualifiant pas les étudiants dépendant de la famille d'ou ils proviennent. Épinie, malheureusement, ne fait pas de progrès pour respecter les désirs de ses parents et parvient finalement à obtenir ce qu'elle désire plus que tout, l'amour de l'homme qu'elle aime!

Un deuxième tome tout aussi prenant que le premier. L'imaginaire a autant sa place que dans le premier tome, si ce n'est que la femme-arbre et la deuxième personnalité de Jamère jouent un rôle important dans le règlement de l'épidémie de peste. Le conflit qui se joue dans la tête de Jamère tandis qu'il est à l'infirmerie est vraiment bien décrit et m'a tenu en haleine jusqu'à la fin! Il ne me manque maintenant qu'à découvrir ce qui se passera dans les prochains tomes. Que se passera-t-il dans l'univers imaginaire, est-ce que d'autres personnages se retrouveront impliqués? Tandis qu'à l'école de la cavalla, que sera la vie de Jamère à son retour, sera-t-elle plus facile qu'elle l'a été dans cette première année d'étude?

Je donne une note de 5/5 à ce deuxième tome aussi!

Robin Hobb, Le soldat chamane, tome 1: La déchirure

Résumé
Dans une société aux codes stricts, Nevare, 15 ans, est confié par son père à un guerrier nomade. Grâce à des drogues et une transe chamanique ce dernier projette le jeune homme dans un autre monde où une femme-arbre s'empare de son esprit. A son retour Nevare est devenu très sensible à la destruction des arbres et de la nature...
Ma critique
Tout d'abord, je voudrais remercier les éditions Pygmalion pour m'avoir fait découvrir l'intégrale 1 du soldat chamane et du même coup, une auteure que je n'aurais pas osé lire par moi-même.

Concernant son style, j'ai été satisfaite de voir qu'elle écrivait de façon plus fluide et beaucoup moins lourde que l'auteur du Seigneur des anneaux. J'ai apprécié qu'elle prenne le temps de nous faire connaître la situation des divers personnages, mais aussi de nous mettre en contexte sur la situation de la nouvelle noblesse et de l'ancienne. Ses explications ont pu ainsi m'éclairer quant aux actions qui se produisent et les raisons les motivant. J'ai aussi été soulagée de voir qu'il n'y avait pas de descriptions interminables et que chaque action s'enchaînait rapidement les unes après les autres. Je ne me suis pas du tout ennuyée et j'avais même de la difficulté à poser le livre tant les fins de chapitres sont bien rédigées pour laisser l'envie au lecteur de poursuivre immédiatement la suite.

Concernant les personnages, j'ai apprécié qu'ils adoptent tous une personnalité très différente. Les étudiants de la cavalla ont tous une famille qui possède plus ou moins de revenus et perçoivent leurs études de façon différente. Ils ont des façons de s'adresser à Jamère et de se comporter variées qui font d'eux des personnes uniques. Spic est parmi ceux qui m'ont le plus plu ainsi qu'Épinie. Spic représente celui qui ne veut pas faire de vagues, mais qui au fond de lui bouillonne quant aux injustices. Il parait fragile et réservé, mais ne s'en laisse pas imposer. Épinie, quant à elle, se révèle être l'exemple d'une femme qui n'est pas de son temps. Alors qu'elle est supposée se soumettre aux choix et désirs de ses parents, elle prend les devants et décide elle même de l'homme qu'elle veut marier et ce qu'elle souhaite faire de sa vie. Jamère, le personnage principal, est celui qui subit le plus d'injustices. Alors qu'il fait tout pour aider les gens en difficulté, il se retrouve toujours blâmé pour des choses qu'il n'a pas fait. C'est un homme bon, mais sous-estimé.

L'intrigue est ce qui m'a le plus passionnée. Dans ce premier tome, on assiste à la jeunesse de Jamère et à ses apprentissages avec des professeurs qui lui enseignent à la maison. Par la suite, il fait son entrée à l'école royale de Cavalla, pour y apprendre le métier de lieutenant. Son apprentissage avec le Nomade Dewara est le passage qui m'a le plus marquée. L'auteure mélange constamment le monde imaginaire de Jamère représenté par sa deuxième personnalité avec sa réalité quotidienne. Il est constamment tiraillé entre sa volonté de servir la femme-arbre et son peuple réel. Le monde de la femme-arbre est centré sur un amour de la nature, des ponts magiques et une frondaison luxueuse sur laquelle la femme-arbre doit se tenir accrochée. Bien que le monde réel soit plus terre à terre quant à ses plaines et moins luxuriant, Jamère doit se décider entre deux quêtes. Le monde fantastique lui revient souvent dans son sommeil et le bouleverse. C'est comme s'il vivait dans un monde parallèle pendant qu'il dormait et que ses actions étaient réelles dans ce monde! Par la suite, dès son entrée à l'école, il reste marqué par la cicatrice infligée dans ce monde parallèle et subit en sus les injustices du colonel Stiet et de son fils Caulder. Les conflits politiques sont le moteur de cette école ou la noblesse ancienne ne possède pas les mêmes privilèges que la nouvelle noblesse.

Ce premier tome a été très intéressant et je dirais que cette saga a de bonnes chances de paraître dans mes coups de coeur. J'ai découvert une nouvelle auteure et j'ai l'intention de lire ses autres parutions.
Merci beaucoup pour cette merveilleuse découverte!

Je donne à ce premier tome la note de 5/5. 

mardi 15 mai 2012

Katherine Pancoll, La valse lente des tortues

Résumé
Ce livre est une bourrasque de vie...
Un baiser brûlant du seul qu'on ne doit pas embrasser. Deux bras qui enlacent ou qui tuent. Un homme inquiétant, mais si charmant. Une femme qui tremble et espère ardemment...
Un Homme qui ment si savamment. Une femme qui croit mener la danse, mais qui passe son tour. Des adolescents plus avertis que les grands...
Un homme qui joue les revenants. Un père, là haut dans les étoiles, qui murmure à l'oreille de sa fille...
Un chien si laid qu'on s'écarte sur son passage.
Des personnages qui avancent obstinément comme des petites tortues entêtées qui apprendraient à danser lentement, lentement dans un monde trop rapide, trop violent.

Swap jeunesse Young adult

Coucou,voici mon Swap Jeunesse et Young Adult.

Bonjour à tous !

Je vous propose de faire un swap avec pour thème la littérature Jeunesse et Young Adult.



Ceci est mon premier swap que je vais faire avec melymelo qui habite en Bourgogne!

Les dates :

Inscriptions : du 25/04/2012 au 26/05/2012
Envoie des Questionnaires (Par MP): Des votre inscription
Composition des binômes : 27/05/2012
Préparation des colis : du 28/05/11 au 01/06/2012
Envois des colis : du 00/07/2012 au 31/08/2012


Le contenu du colis :

- Un ou Deux livres de littérature Jeunesse et Young Adult. (Deux de préférence)
-Quelques marques page.
-Au moins une gourmandise et/ou une boisson
-Au moins une surprise.
-1 Livre de la Wish List (Ou un livre surprise à faire découvrir a votre swappé)
-Une carte ou une lettre pour le/la swapé(e)

Bien-sûr, c'est le minimum, après lâchez-vous ! Tout est permis !

lundi 14 mai 2012

Pascal Louvrier, Sagan un chagrin immobile


Résumé
Qui ne connaît pas ou entendu parler de Françoise Sagan, et de ses sempiternelles voitures de sport, du jeu, de ses amis et ses amies, de Mitterrand, de la drogue, de ses romans, de son succès météorites et de la fin de sa vie désargentée, désenchantée.Sagan, un chagrin immobile nous raconte la saga Sagan avec justesse mais sans clichés. Le dessein n’est pas d’écrire une énième biographie de Françoise Sagan mais bien de percer le mystère Sagan. De comprendre qui était Françoise Quoirez ? Pascal Louvrier, en totale empathie avec son sujet, se lance alors dans une enquête sur l’une des rares stars de la littérature française. Pour cela il a recueilli de nombreux témoignages inédits de gens qui l’ont bien connue : Michèle Bouton son amie d’enfance livre ici ses souvenirs, Denis Westhoff son fils, Alexandre Astruc, Camille Laurens, Michel Déon, Pierre-Guillaume de Roux, Thierry Taittinger, Jean-Claude Scarpitta, Annick Geille, Jean-Claude Lamy ou encore le témoignage particulièrement éclairant de Roland Dumas sur son engagement politique au moment de la guerre d’Algérie – le manifeste des 121 ainsi que sa participation active au sein du réseau Jeanson.
Pascal Louvrier analyse également ses relations avec ses parents sous l’angle de la psychanalyse et revisite les grands thèmes de son œuvre afin de comprendre au mieux la métamorphose de Françoise Quoirez en Sagan.
Ma critique
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Hugo et Compagnie pour m'avoir fait découvrir un ouvrage aussi riche de sens. J'ai été fortement émerveillée par l'histoire de Françoise Sagan!

Concernant le style de Pascal Louvrier, je crois que je n'aurai jamais la justesse des mots pour exprimer à quel point il est particulier et à couper le souffle. Chaque période de la vie de Sagan est rédigée avec des figures de style et des métaphores exceptionnelles qui m'ont vraiment fait réfléchir, au point même que j'ai parfois associé quelques passages de sa vie à ma propre expérience personnelle. À mon souvenir, jamais aucun auteur québécois n'a su jouer aussi bien avec les images au point ou j'ai eu l'impression de suivre le ton du livre comme le flot d'une rivière. La sonorité des mots, la tournure des phrases, les coupures entre les points de vue et les périodes de la vie de Sagan etc. Tout a été mis en oeuvre pour que le lecteur non seulement connaisse la légende, mais aussi vive en quelque sorte les tourments de cette femme décédée voilà quelques années seulement, en 2004.

Plusieurs personnages ont gravité autour de Sagan, mais ma réflexion dans ce livre s'est toujours située au niveau des émotions de cette dernière. Pourquoi tout ce mal être? Pourquoi ne peut-elle pas apprécier le succès dont elle est l'auteure et cesser d'essayer de perdre? L'esprit de cette femme a tôt fait d'être tourmenté. Une femme à l'apparence fragile, mais qui pourtant vit la vie à cent mille à l'heure parfois plus vite qu'on pourrait la vivre aujourd'hui. On dit souvent qu'on ne comprend pas les écrivains, c'est en quelque sorte vrai, car malgré le livre, j'ai encore de la difficulté à saisir ce personnage. Elle est auteure de romans qui véhiculent des émotions systématiquement semblables comme si elle était tellement ancrée en elle-même qu'elle ne pouvait extrapoler à l'extérieur de l'auto-fiction. Car la grande majorité de ses romans est une reproduction de sa famille, de ses amis et des multiples hommes qu'elle a rencontrés. Après avoir lu ce roman, j'ai consulté les ressources à la fin et je meure d'impatience de visionner le film produit en 2007. Peut-être les images m'éclaireront davantage sur Sagan, car les mots, si bien écrits soient-ils ne m'ont pas permis de comprendre ce trouble...

L'histoire est très bien racontée. Toutes les périodes de sa vie y sont présentées; de son enfance à son décès. Les nombreux romans qu'elle a écrit sont présentés sous de brefs extraits qui nous permettent de faire le parallèle entre sa propre vie et celle des personnages qu'elle crée. On soulève des tabous qui ne pouvaient éclater en plein jour à l'époque, notamment celui concernant son attirance pour les femmes et la sécurité qu'elle retrouvait dans leurs bras. Cependant, pour les hommes, elle recherchait indéfiniment le portrait de son père qu'elle a idolâtré jusqu'à la fin de sa vie. Cet homme qui la laissait conduire vite, faire tout ce qu'elle voulait, sauf écrire des romans sous le nom de Quoirez, son nom de naissance.

Ce qui m'a plue le plus dans cet ouvrage c'est que j'ai découvert une auteure que je ne connaissais pas et dont j'ai envie de lire quelques-uns de ces romans. J'ai adoré comment l'auteur a présenté Sagan, quels mots il a utilisé pour raconter sa vie. Un ouvrage énormément centré sur les émotions, des émotions qui sont encore d'actualité aujourd'hui. Évidemment, les livres de Sagan ne se démoderont jamais, car il y aura toujours des coups de blues, des déceptions amoureuses etc.

Ce qui m'a le moins plue, c'est la chronologie des dates dans le roman. On avançait dans sa vie pour quelques pages plus loin, retourner en arrière. J'aurais aimé que le fil conducteur soit constant afin que je n'aie pas l'impression de connaître la suite avant d'être rendue à cette étape de l'histoire.

Autrement, c'est un ouvrage à conserver dans sa bibliothèque, une auteure dont la vie mérite de rester en mémoire! À lire absolument, même si vous n'êtes pas amateur de biographies ou de témoignages!

Je donne 5/5 à cet ouvrage!

mercredi 9 mai 2012

Stéphane Marchand, Maelstrom



Résumé
Je suis venu vous dire que vous allez mourir.
Signé : le Maestro ". Cette inscription tracée en lettres de sang sur le mur de son salon bouleverse Harold Irving, un écrivain dont la vie part en lambeaux. S'engage alors un terrifiant jeu de massacre orchestré par le Maestro. Pris au piège de ce tueur machiavélique et sans limites, Harold va s'unir à Dexter Borden, un flic du FBI, et Franny Chopman, un médecin légiste, pour tenter d'enrayer la mécanique d'une implacable vengeance.
Mais comment échapper à un monstre qui a tout prévu, tout planifié, anticipé la moindre de vos réactions ? Entre Dexter et Californication, Maelström vous entraîne de San Francisco à Philadelphie dans ses courants irrésistibles.
Critique
Tout d'abord, je tiens à remercier la maison d'édition pour m'avoir fait découvrir ce thriller tout à fait passionnant. Je l'ai lu en quelques jours et j'ai apprécié chaque détail de l'histoire.

Concernant le style de l'auteur, j'ai apprécié le fait qu'il prenne soin de détailler chaque élément de preuve avec soin. Il prend le temps de bien établir toutes les pistes de façon à ce que le lecteur ne se perde pas dans l'intrigue. Son style est très fluide. Les trois sections qui séparent le roman permettent de bien situer l'évolution de l'intrigue. Cependant, les changements de plan dans chaque chapitre m'ont quelque peu mélangée. J'ai compris que c'était nécessaire, car les personnages interagissaient dans des lieux différents et poursuivaient des tâches parallèles, mais visant un même objectif; celui de découvrir le Maestro. J'ai cependant du à plusieurs reprises retourner en arrière pour me rappeler à quel endroit la partie précédente avait cessée avant de poursuivre la suite un ou deux chapitres plus tard.

Concernant les personnages principaux, ce sont deux hommes et une femme en apparence sans lien commun entre eux (sauf Harold Irving qui connait Franny Chopman), mais qui ont de toute évidence un point commun; celui de se sentir seuls. Ils doivent tous les trois mener l'enquête et suivre les pistes laissées par le Maestro qui vont le mener directement à lui. Harold est un écrivain déchu, qui ne sait plus sur quoi écrire et qui a perdu son véritable amour, Lil Baker. Dexter Borden, est le fils d'un père qui a fait des magouilles toute sa vie et qui oeuvre pour le FBI. Franny Chopman a consacré toute sa vie à son travail de médecin légiste. Le Maestro, quant à lui, se plait à retracer la vie de ses otages auxquelles il a coupé la langue. Il connait leur biographie et les regarde jouer au poker; eux qu'il appelle sa Quinte Flush. Sa passion pour le cinéma le mène à filmer toutes ses scènes de torture dans le but de monter un film. Excellent imitateur, talent appris de Winston Brady, il se plait à chanter et écouter sans cesse la chanson de Louis Armstrong, Cheek-to-Cheek. Cette chanson occupe une place importante au sein de l'intrigue. J'ai bien aimé comment l'auteur met en scène les personnages et qu'au fil de l'histoire, on se rend compte que ceux-ci ne sont pas si étranger les uns des autres par la place qu'ils occupent dans la mise en scène du Maestro. Ce dernier a choisi avec logique et méticulosité les personnes qu'il désirait voir mener l'enquête.

Concernant l'intrigue, cette dernière est très bien tissée, laissant planer les illusions dans l'esprit du lecteur. Le Maestro amène l'enquêteur du FBI à retracer son passé avec son père Franklin Borden, pour finalement le laisser découvrir qu'il a un demi-frère et que ce dernier faisait partie de la bande de Harold Irving à l'adolescence. Quant à lui, Harold Irving, grâce à l'hypnose, parvient à se rappeler sa jeunesse et le viol de la femme qu'il a aimée, Lil Baker. On se rend compte que chaque otage conservé par le Maestro avait joué un rôle dans l'affaire Lil Baker, mais que le Maestro avait été accusé à tort pour que Franklin Borden puisse camoufler ce qu'il avait à cacher. Évidemment, Franklin Borden est à l'origine de la hargne et de l'état du Maestro. Harold Irving est celui qui a été droit et qui se sent coupable et se voit obligé de revivre cette période de sa vie. Je déplore que l'identité du Maestro soit révélée beaucoup trop tôt dans le roman, et qu'en plus, j'avais déjà des soupçons avant même qu'elle soit révélée. Cependant, ce sont les secrets sous-jacents à cette histoire qui sont des plus surprenants. Le véritable rôle des otages dans l'histoire, la ruse du Maestro pour simuler tout au long de l'histoire et même à la fin, sa supposée mort. Finalement, la surprise concernant Lil Baker, elle aussi supposément morte, mais qui en fait n'a que changé de nom pour celui de Franny Chopman et porte l'enfant de Harold Irving. Il ne m'est simplement resté qu'une interrogation sur ce roman à la fin. Pourquoi y avait-il le personnage de Katsumi dans l'histoire? Il me semble qu'elle aurait été complète même sans son personnage, car son rôle dans l'intrigue, bien qu'elle soit un personnage secondaire, est quasiment absent. Seules les menaces qu'elle reçoit du Maestro et la caméra qu'elle met dans le casier la rattache vraiment à l'intrigue. Autrement, elle me parait un peu comme un bibelot aux côtés de Franny Chopman...

C'est vraiment le dénouement de l'histoire tout à fait savoureux et le fait qu'on a vraiment l'impression que même en connaissant l'identité du Maestro, l'intrigue n'est pas terminée et que tout en fait ne vient que commencer.

Un thriller à découvrir et à dévorer sans pouvoir s'arrêter!

mardi 8 mai 2012

Livra'deux pour pal'Addict

LDPA what is it?
C'est un challenge inspiré de ce que font déjà deux membres de la team, Jess et Iwry. On s'est dit que ce serait sympa de le proposer à l'ensemble de la communauté et de vous proposer un rendez-vous régulier sur le site dans le but de rassembler des personnes autour de cette passion commune.


Le principe:

En binôme, chacun choisi dans la PAL de l'autre, trois livres, qu'il a lu et aimerait faire découvrir à son partenaire, dont il aimerait avoir l'avis d'un ami ou pour une tout autre raison.
Sur ces trois livres, vous en choisissez un et dans un délai imparti, vous devez le lire et en faire un avis.


La marche à suivre:

Vous devez vous inscrire à deux, deux possibilités s'offrent à vous:
1. Vous vous mettez d'accord avec un ami et c'est tout bon
2. Ou vous vous mettez sur une liste de tirage au sort qui déterminera votre collègue de challenge


Comment s'inscrire:

Il suffit de poster un message à la suite de ce post. Pour faire valider votre participation, il faudra néanmoins réaliser un article sur votre blog, dans lequel vous mettrez la marche à suivre, les trois livres choisis par votre binôme et celui que finalement vous lirez.
Pour les personnes n'ayant pas de partenaires, nous validerons les inscriptions un peu plus tard pour vous laissez le temps de faire votre billet. Vous figurerez bien sur la liste en attendant.


Les dates:

Début des inscriptions, le 5 mai, clôture le 20 mai à 12h00.
Vous avez jusqu'au 25 mai pour choisir votre lecture finale. Aucune inscriptions ne sera possible passée cette date.
Du 25 mai au 15 juillet : Lecture du livre.
Le challenge se terminera maximum le 30 juillet.
Ce sont des dates approximatives, si vous voulez lire le livre bien avant juillet libre à vous, rien n'est imposé. La date finale sera dans tout les cas, le 30 juillet. Le temps de recueillir tous les liens.
On vous demande aussi le lien vers l'avis du livre choisi, ce qui mettra un terme au challenge.

Pour les personnes sur liste de tirage au sort. On vous attribuera votre binôme le 20/21 mai (liste qui figurera dans ce post) pour qu'ensuite vous puissiez voir avec lui pour les choix du livre à lire et pour publier votre billet d'inscription.

On espère que cela vous plaira et que vous ferez par là même de belles découvertes.

Lectures pigées dans la Pal d'Elenah


 Livre choisi par Elenah


Lectures pigées par Elenah dans ma Pal


 Livre que j'ai choisi


lundi 7 mai 2012

Chloe Neill, Les vampires de Chicago tome 1

Résumé
Même si ma vie n'était pas particulièrement excitante, elle me convenait jusqu'à ce que les vampires de Chicago révèlent leur existence au public... et que je devienne l'un d eux. Aujourd'hui, au lieu de suer sur mon mémoire, j'apprends à m'intégrer dans une demeure remplie de vampires et à m'habituer à mes nouveaux pouvoirs. Mais un tueur est à mes trousses. Il se pourrait bien que ma difficile initiation à la vie nocturne ne soit que le premier accrochage avant la guerre... et il y aura du sang.
Ma critique
Que dire de ce premier tome de cette saga outre le fait que fermer le roman pour dormir était très douloureux? Ce roman a été pour moi un vrai coup de coeur, un moment de pur bonheur! À chaque page mon coeur bondissait et j'étais impatiente de connaître ce qui attendait Merit et comment sa vie allait tourner.

L'auteure a un style littéraire à la fois fluide et enivrant. Les mots viennent nous chercher et il n'y a pas de longueur gênante. Elle va droit au but et c'est un style que j'apprécie vraiment chez une écrivaine de bit-lit. Les romans comprenant des vampires se doivent, à mon avis, d'être riches en action, car ces créatures n'ont évidemment pas le temps de s'éterniser à discuter avant de consommer leur repas... Les titres des chapitres étaient très originaux et ont su me tirer un sourire.

Les personnages féminins étaient très attachants, tandis que les hommes, si bien décrits dans leur physique, attisaient à l'occasion mon désir imaginaire. Eh oui! Les vampires sont si sensuels qu'ils parviennent à me charmer sans même exister réellement! Mérit est très attachante, car elle doit faire face à sa nouvelle vie de vampire rapidement pour jurer allégeance à son maître dans les plus brefs délais. Se retrouvant face à l'inconnu, désemparée devant tant de changement (se nourrir avec du sang entre autre), c'est une chance qu'elle n'ait pas eu à affronter la situation en solitaire. Elle fait preuve d'un courage étonnant pour annoncer sa nature à ses parents, mais aussi à son grand-père qui en fait, ne sera pas si surpris de la nouvelle nature de sa petite-fille! Elle apprend rapidement à vivre parmi les autres vampires, à connaître leurs lois, les règles de respect à suivre (bien qu'elle déteste être soumise à un maître) et à mettre de côté les restes de sa nature humaine qu'elle conserve encore, car elle vient juste d'être transformée! Mais les vampires connaissent aussi l'amour, comme les humains, et Merit apprendra que chez les vampires, le choix n'est pas facile devant autant de prétendants tous aussi beaux les uns que les autres! Par chance, sa colocataire et meilleure amie Mallory l'épaulera tout au long de son processus d'acceptation et lui fera connaître des informations importantes sur l'occultisme, sa spécialité. Comme de fait, ce roman vampirique a tôt fait de me faire voir les couleurs des créatures surnaturelles aussi mystérieuses et porteuses de surprises les unes que les autres. C'est le côté imprévisible qui apporte beaucoup à ce roman, car les réactions des personnages sont difficilement envisageables.

L'intrigue était fort intéressante depuis le début, car dès les premières pages, on tombe dans le vif du sujet et Merit entre rapidement en contact avec le maître de sa maison nommée Catogan. La relation entre son maître et elle est très confuse et il est difficile tout au long du roman de savoir comment elle va évoluer. Ethan prendra des décisions pour Merit qui la blesseront et pour lesquelles elle ne comprendra pas le sens. Par contre, elle saura surprendre ses collègues par la minutie dont elle fait preuve dans son boulot et par son respect des règles de la maison. On en apprend cependant très peu sur le développement du talent de Mallory. On le mentionne, mais ses progrès ne sont pas très bien explicités. Quel sera son rôle dans la prochaine guerre à venir compte tenu de l'équilibre précaire entre les maisons vampiriques et les humains? Sera-t-elle active ou pas? Le premier tome centre davantage Mallory comme étant l'amie de Merit et sa colocataire ainsi que la personne qui l'aide à accepter sa nouvelle condition. Cependant, j'ai l'intuition que Mallory représentera beaucoup plus que de l'amitié dans la suite de l'histoire et j'ai bien hâte de le découvrir!

Ce que j'ai le plus aimé c'est que les personnages étaient à la fois attachants et colorés avec des personnalités différentes et électrifiantes! Les relations entre ceux-ci étaient bien établies et je pouvais facilement voir évoluer les alliances ainsi que les ennemis.

Ce que j'ai le moins aimé c'est que j'ai eu l'impression que le rôle de Mallory n'a pas été suffisamment exploité dans ce premier tome. J'aurais apprécié pouvoir suivre le développement de son talent de plus près.

Il n'en demeure pas moins que ce roman est pour moi un coup de coeur et que je lirai la suite sans plus attendre!


vendredi 4 mai 2012

Jeffrey Archer, Kane et Abel


Résumé
Ils sont nés le même jour et pourtant tout les sépare : William Kane et Wladek Rosnovski, le fils de banquier de Boston et l'orphelin polonais recueilli par un paysan. À leur naissance, le 18 avril 1906, l'un paraît promis à la réussite et à la puissance dans le Nouveau Monde. L'autre semble condamné à la misère et aux désastres qui ravagent le Vieux Continent. Mais le destin va réunir ces deux hommes dans une lutte acharnée pour l'argent et le pouvoir, où chacun sait qu'il ne pourra y avoir qu'un gagnant... Au cœur de l'Amérique du XXe siècle, cette odyssée magistrale réinvente le mythe immémorial des jumeaux ennemis. Un roman bouleversant, devenu un roman-culte.
Ma critique
Je voudrais en premier lieu remercier les éditions Le livre de poche, pour m'avoir fait découvrir un ouvrage d'un style différent de ce que j'avais l'habitude de lire.

Concernant le style de l'auteur, j'ai été grandement satisfaite de constater qu'il était parvenu à faire d'un thème complexe, une histoire fluide ou le lecteur ne s'enfarge pas dans la difficulté des termes financiers. Pour ma part, je ne suis pas très familière avec les marchés boursiers, la vente d'actions et le rachat de celles-ci. J'ai donc apprécié que l'auteur n'entre pas dans des détails trop techniques qui m'auraient fait décrocher de l'histoire. La séparation qu'il fait entre les périodes d'années plus ou moins longues m'a permis de voir évoluer les personnages de William et d'Abel dans le détail. Le fait que l'on parle de l'un et l'autre dans une même période de temps m'a permis de les voir grandir et évoluer sur un même plan et aussi de comparer leurs réussites et leurs échecs. Cette façon de faire permet aussi de mieux se situer dans l'intrigue.

La description des personnages et de leurs traits de caractère m'ont paru presque absents tout au long du roman. Je me suis demandée, si par cette méthode, l'auteur voulait plutôt que le lecteur se concentre sur les réussites et les échecs de William Kane et d'Abel...Ceci a eu pour inconvénient que je n'ai pas vraiment pu m'attacher aux personnages et me sentir vivement concernée par leurs actions. La froideur dégagée par la narration m'a un peu laissée de marbre. Cependant, malgré les nombreux personnages qui sont en scène tant dans le milieu d'Abel à la chaîne hotellière que celui de Kane à la banque, je ne me suis pas égarée dans les relations que chacun entretenait les uns avec les autres. Sur ce point, l'auteur est bien parvenu à les discerner au niveau de leur profession que de leur vie sociale et personnelle.

L'intrigue est selon moi le point fort de ce roman. Tout au long de l'histoire, on vit simultanément la vie d'Abel, jeune homme orphelin qui connait les camps allemands et qui parvient à s'enfuir pour finalement se retrouver à la tête d'une grande chaîne d'hôtels et celle de William Kane, dont la naissance et l'histoire familiale aisée le destinait à occuper un poste de haut calibre à la banque. Les deux hommes se retrouvent à partager des contacts communs comme Henry Osborne. Ils se retrouvent impliqués dans une guerre ensemble sans le savoir en premier lieu. William se fait servir par Abel lui-même alors qu'il occupait un emploi au Plaza etc. Les deux hommes ont souvent l'occasion de se rencontrer sans savoir qui ils sont vraiment jusqu'à plus loin dans l'histoire au cours de laquelle un conflit qui va durer des années va animer la haine entre les deux hommes. Bien qu'ayant un parcours de jeunesse différent, ils vont tous les deux se retrouver avec de grandes affaires à gérer, une famille, des inquiétudes et des enfants à élever pour lesquels les deux hommes entretiennent de grandes ambitions. L'un aspire à voir sa fille s'occuper des boutiques de son hôtel alors que l'autre désire que son fils lui succède à la présidence de la banque. 

La leçon qu'il faut tirer de ce roman est la suivante: Ce n'est pas de l'endroit et de la famille de laquelle on provient qui fait le moine, mais bien les efforts et le temps investis pour accomplir ce qu'on désire le plus au monde qui importent. Bien sûr, il y aura toujours des obstacles sur son passage, des gens en qui on ne peut pas faire confiance etc, mais il faut toujours garder la tête haute et chercher à régler ses vieilles rancunes. Mieux vaut attendre d'être un vieillard avant de se sentir prêt que d'attendre que la mort nous emporte. 
 
Ce qui m'a plue le plus dans ce roman ce sont les indicateurs historiques de l'histoire de l'Europe et de l'Amérique. J'ai relevé des informations sur la guerre mondiale, mais aussi sur le Krach boursier et les années folles. J'ai apprécié ces brèves références qui permettent de mieux comprendre le contexte économique qui évolue tout au long du roman.


Ce qui m'a le moins plue, c'est l'absence du côté émotionnel dans l'histoire. Bien sûr, il y a les émotions engendrées par l'argent et l'amour, mais ces émotions sont tellement froidement exprimées que je ne suis pas parvenue à entrer pleinement dans le conflit entre Abel et William.


Bien que ce roman ne soit pas un coup de coeur, je l'ai tout de même dévoré, curieuse de voir comment les relations sociales et professionnelles allaient évoluer entre les deux familles. Une bonne lecture pour ceux qui aiment les romans traitant d'affaires et de drames familiaux!

Kiera Cass, La sélection


Résumé
35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.
Quand la dystopie rencontre le conte de fées !

Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne...
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le coeur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles...
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?
Ma critique
Je crois que je ne pourrais tout d'abord jamais trouver les mots pour dire que j'ai adoré ce roman. C'est plus qu'un coup de coeur pour moi. J'ai revécu à la fois mes rêves de jeunesse de devenir une princesse en même temps que mes premiers amours d'adolescente. Ce roman m'a vivement rappelé le film qui se nomme Miss Personnalité. C'est avec Sandra Bullock. C'est comme America, elle est emportée dans le phénomène de la sélection un peu contre son gré, tout comme le personnage de Sandra Bullock, alors agent du FBI qui doit participer à un défilé de mode pour élire la prochaine Miss. J'ai lu ce roman en un après-midi, incapable de poser le roman une seconde!

Concernant le style de l'auteure, il est visiblement écrit pour les adolescents, mais les adultes y trouvent leur compte aussi, car il est accrocheur. Chaque page ajoute son lot de nouveauté. On pourrait dire que c'est une lecture d'été, car le thème est léger, mais en fait c'est vraiment un roman qui nous replonge dans le monde des paillettes, de la gloire. Une bonne cure contre les moments de tristesse!

Pour ce qui est des personnages j'ai été frappée par l'authenticité, le naturel et la bonne volonté d'America. Elle connait les besoins de sa famille qui ne vit pas dans le luxe compte tenu qu'elle appartient à la caste cinq et accepte contre son gré de s'inscrire à la sélection pour l'argent que cela rapportera à sa famille. Même en amour, tout au long du roman, elle décide de prendre son temps. Aspen quant à lui manque de cran et d'estime personnelle. Sa caste le déçoit énormément et cela joue énormément dans sa relation avec America. Seulement à la fin du livre, on voit qu'il devient un vrai homme! Le prince Maxon m'a conquise dès que j'ai su faire sa connaissance dans les discussions qu'il a avec America. Je m'attendais à un homme mondain, mais ce n'est pas ce que j'ai ressenti finalement tout au long du roman. J'ai senti que sous les apparences, se cachait un homme avec une conscience sociale assez importante.

L'intrigue est digne d'un conte de fée. On a l'impression d'évoluer dans le monde des princesses de notre enfance. Tout ce en quoi on aurait pu rêver en tant qu'enfant se réalise dans ce roman. Les jardins, les banquets, les fêtes, les grandes robes, l'argenterie, les bijoux, tout y est! L'intrigue rappelle aussi à quel point la cohabitation entre filles est difficile. Dans ce cas-ci il y avait la question des castes et du temps passé avec le prince, mais même sans compétition, les ragots courent toujours! J'aurais par contre aimé que le roi et la reine occupent une place plus importante dans la compétition et dans les interactions avec les sélectionnées. De même pour les renégats qui font des attaques, mais c'est comme s'ils sortaient de n'importe ou. Il n'y a pas vraiment de suite là-dessus. Par contre, ils ne font pas vraiment partie du coeur de l'intrigue, alors c'est seulement un détail.

Ce que j'ai aimé le plus dans ce roman c'est la magie du palais royal et les souvenirs qui ont été ravivés grâce à l'intrigue. La compétition entre filles et cette envie constante de savoir les événements à venir constitue une grande partie de mon engouement pour le roman.

Ce que j'ai le moins aimé, ce sont les personnages secondaires comme les parents de Maxon et les renégats qui auraient pu prendre un peu plus de place dans l'histoire pour agrémenter la vie au palais d'un peu plus d'action!

Autrement, ce roman est à lire pour tout âge! Il fait rêver et vous fait sortir de votre quotidien en un coup de tête! Pour ma part, j'attends la suite pour connaître le fabuleux avenir d'America ainsi que les décisions qu'elle prendra dans sa vie future.

Je lui donne la note de 5/5!
 

Cecelia Ahern, Si tu me voyais maintenant

Résumé
Une existence réglée comme du papier à musique : de son emploi du temps à ses émotions, Elizabeth a tout planifié pour ne plus souffrir. Mais lorsqu'un inconnu fait irruption dans sa vie cette mécanique si bien huilée se dérègle. Insouciant, spontané, en quête perpétuelle d'aventures, le mystérieux Ivan semble touché par la grâce. Peu à peu, la jeune femme baisse le bouclier qui protégeait son coeur et sort de sa carapace. Mais que sait-elle d'Ivan ? D'où vient-il ? Est-il vraiment celui qu'il prétend être ou n'est-il qu'une illusion ?
Ma critique
Concernant le style de l'auteure, j'ai trouvé son écriture facile à lire. Des phrases qui se lisent bien et très rapidement, mais malgré tout, elle parvient à choisir les bons termes pour maintenir l'atmosphère magique tout au long du roman. Par son registre de vocabulaire, elle est parvenue à créer un monde tiré tout droit de l'imaginaire et qui sait faire rêver les plus grands comme les plus petits. Cependant, il s'agit d'un livre qui s'adresse principalement aux adolescents et je n'y ai pas trouvé l'élément clé qui aurait fait de ce roman un coup de coeur.

Pour ce qui est des personnages, j'ai apprécié que l'auteure mette l'accent sur les traits de personnalité et les ajoute comme faisant partie intégrante de l'intrigue. Élizabeth, l'exemple parfait de la femme ordonnée à l'obsession, qui désire contrôler tous les aspects de son environnement, se retrouve complètement changée par le biais d'Ivan. Ivan qui a eu un aspect curatif sur Élizabeth en lui apportant une aide exceptionnelle, pour lui faire voir la vie d'une manière différente. Il est visible seulement pour les personnes susceptibles d'avoir besoin de son aide, les gens ont l'impression parfois que certaines personnes agissent bizarrement et c'est ce qui donne un côté humoristique au roman, malgré la toile de fond qui est le drame. Ivan occupe un emploi loufoque, celui de se faire ami avec les personnes dans le besoin, mais il faut noter que même s'il est invisible et pas comme les autres, il ressent lui même des émotions fortes qui vont parfois lui faire obstacle dans son travail. C'est un être empli de tendresse et de bonne volonté, ce à quoi certaines personnes ne peuvent résister!

L'intrigue, quand à elle, reste bien sans plus. Elle tourne constamment autour du concept d'amitié, du travail sur soi et des émotions. Il n'y a pas vraiment d'action prisante dans ce roman. Par contre, les émotions qui en ressortent peuvent chambouler complètement. Devant la tristesse d'Ivan qui doit se rendre à l'évidence pour sa relation avec Élizabeth, il est impossible de rester de marbre. Le fort de ce roman, c'est la description des scènes, des émotions, des paysages. Une atmosphère très bien établie, mais qui aurait bénéficié d'une intrigue un peu plus complexe. Autrement, le mariage entre la réalité et l'imaginaire est très bien effectué, cependant, j'ai eu un peu de difficulté à accrocher au concept invisible/visible. Peut-être suis-je un peu fermée d'esprit, mais j'ai trouvé que la portion réaliste était drôlement plus grande que la portion imaginaire, ce qui fait en sorte que ça perdait un peu de son charme.

Ce qui m'a plu le plus, c'est l'atmosphère magique crée par l'auteure. Elle m'a fait rêver et je me suis souvent prise à espérer courir dans des champs remplis de dents-de-lion. Des personnages bien caractérisés auxquels on s'identifie très bien! Des descriptions du paysages bien effectuées tout comme celles du lourd registre des émotions.

Ce qui m'a le moins plue, c'est la simplicité de l'intrigue. J'aurais apprécié plus d'action pour rendre à ce contexte magique sa raison d'être.

Ce n'est pas un coup de coeur, mais un bon moment à passer. J'aurais apprécié aussi une fin avec un rebondissement. La fin est un peu en queue de poisson et pas à l'image d'un roman pour adolescents. Il manque de magie à la fin. À conseiller pour une lecture détente!

Ma note est de 3,5/5. 

Auteurs divers, Nuits d'enfer au paradis

Résumé
Quelle fille n'a jamais rêvé d'être la reine du bal de fin d'année ? Une robe vaporeuse, un cavalier élégant et amoureux, une musique entêtante... Les histoires de ce recueil réunissent des héroïnes qui ont tout pour accéder au podium. Malheureusement, c'est sans compter sur les vampires, démons et autres morts-vivants qui s'invitent à la fête... Alors, prêtes à danser avec le Diable ?
Ma critique
 Je souhaite tout d'abord mentionner que je m'attendais à beaucoup plus de ce recueil de nouvelles que ce que j'y ai trouvé.


La première nouvelle, L'enfer sur terre, je m'attendais à ce que Sheba, la démonne soit plus agressive. Elle sème le mal et le désespoir autour d'elle, mais ses actes m'ont parus sans intérêt. La nouvelle n'a fait que survoler le thème et j'ai senti que l'idée n'était pas complètement achevée. C'est comme si on avait essayé d'insérer une créature du mal dans une histoire pour adolescents, mais que celle-ci n'avait aucun impact majeur sur le déroulement des événements. Elle change le cours des choses, mais sans rien de plus. Ce personnage était censé me faire peur, mais je n'ai pas ressenti d'émotions de la sorte.


La deuxième nouvelle, La fille de l'exterminateur, était davantage réussie que la précédente. Marie, exterminatrice de vampires se rend compte que le nouveau copain de son amie Lila est le fils de Dracula et elle ne souhaite pas que cette dernière se fasse mordre. J'ai bien aimé le mystère autours de Marie, entre autre le fait que dans son école, elle soit considérée comme solitaire et qu'elle n'aborde pas beaucoup de gens. Le fait aussi qu'on échange les points de vue entre Adam et Marie était aussi très intéressant. Cependant, le personnage de Drake faisait ressortir le côté sensuel des vampires, mais il manquait un peu le petit côté agressif qui aurait pu démontrer sa vraie nature. La fin ne correspond pas non plus à celle d'une nouvelle ou on est censés ne pas connaître le dénouement, alors qu'on sait tout.


La troisième nouvelle, Le bouquet, était celle que j'ai trouvée la plus intéressante et celle qui m'a fait le plus peur. Les mystères autour du bouquet de fleurs ont suscité une hâte chez moi de connaître ses véritables effets. J'espérais que la voyante se soit trompée concernant la nature néfaste du bouquet, mais j'ai pu voir que ce n'était pas le cas. J'ai aimé le côté tragique de la nouvelle, mêlé à la peur que m'a donné la description du corps de Will à la fin. J'ai trouvé qu'elle était bien menée jusqu'à sa fin! La description des lambeaux de chair m'a vraiment fait tourner de l'oeil!


La quatrième nouvelle utilisait le pouvoir de l'amulette pour justifier les actes que posaient les personnages. Cela m'a rappelé drôlement les romans de Fantasy ou un objet détient un pouvoir magique. J'aurais apprécié plus d'originalité de la part de l'auteure. Ceci est sans considérer qu'un personnage mort rencontre le tueur dans un tunnel et qu'il se réveille sur une table. Il s'agit selon moi d'une mise en scène déjà suffisamment explorée. Cependant, la description du personnage de Seth a réussi à fausser mes aspirations. Je ne m'attendais vraiment pas à ce que ce soit lui qui tue Madison. La description du gentilhomme, galant et attentionné est vraiment bien réussie et m'a prise dans son piège.


La dernière nouvelle m'a laissée un peu perplexe. Je n'y ai pas du tout crue. Les costumes de majorettes qui m'ont fait penser au costume du personnage japonais Sailor Moon m'ont parus risibles. Une jeune fille de 14 ans qui se jette dans la gueule du loup pour un raison de prophétie, bon, ça ne m'a pas convaincue. Il en est de même pour les pouvoirs spéciaux de Miranda. Le seul élément que j'ai apprécié de cette nouvelle c'est le personnage de la jeune fille et ses traits de caractères. Je l'ai trouvée très divertissante, je ne me suis pas ennuyée à lire ce qu'elle disait à Miranda. C'était un brin de fraîcheur dans une nouvelle peu convaincante.


Malheureusement, je ne conseille pas ce recueil à quiconque. Il n'a pas su réellement capter mon intérêt. Les nouvelles sont superficielles et n'abordent pas la notion du mal en profondeur telles qu'elles étaient supposées le faire dans la quatrième de couverture. Je m'attendais à quelque chose de plus terrifiant, de plus poignant, mais j'y ai retrouvé des histoires d'adolescentes en présence d'un inconnu qui cache quelque chose. Ceci dit, j'en attendais énormément de la nouvelle de Stephenie Meyer, car ses romans Twilight ont été pour moi un coup de coeur! Mais je n'ai pas retrouvé cette même fougue et originalité littéraire dans sa nouvelle.


Une grande déception littéraire pour moi!

Jeaniene Frost, Froid comme une tombe (Chasseuse de la nuit tome 3)

Résumé
Cat Crawfield est en danger : les vampires l'ont démasquée ! Et, alors que sa relation avec son amant suceur de sang était au top, voilà qu'une femme resurgit du passé de Bones, bien décidée à se débarrasser de lui.
Prise au piège de la vengeance de ce vampire et en même temps déterminée à aider Bones à empêcher l'explosion d'une véritable bombe magique, Cat ne peut même pas recourir à ses trucs habituels d'agent spécial. Pour s'en sortir, elle devra s'abandonner à ses instincts de vampire, ce qu'elle redoute tant...

Ma critique
J'ai été un peu déçue par ce troisième tome. Je trouve qu'il a perdu un peu de son charme par rapport aux deux premiers. Tout d'abord, la relation entre Cat et Bones est quasiment prise pour acquis. Il y a moins de scènes érotiques. Plus aucun personnage ne semble s'interposer dans la relation pour la mettre à l'épreuve comme c'était le cas avec Annette dans le deuxième tome. Seulement Tate, mais encore là, ce n'est pas suffisant! Il y a seulement de la jalousie et c'est tout. J'aurais aimé mieux voir une vraie bataille de coq! Les 200 premières pages sont très similaires aux intrigues qu'il y avait dans les deux premiers tomes; un vampire inconnu qui menace, il faut le traquer pour l'empêcher de faire du mal à Bones et Cat... Les nouveaux personnages comme Rattler, Zéro et Tick-Tok n'occupent pas une assez grande place dans l'intrigue. J'aurais aimé qu'ils soient plus prédominants!

Cependant, plusieurs choses m'ont tout de même plue. Vers le milieu et la fin du livre, on voit apparaître des créatures nouvelles sorties tout droit de la terre, la magie se met de la partie, tout ça dans un lieu totalement différent des deux premiers tomes; la maison de Mencheres. C'est ceci qui fait en sorte que ce troisième tome innove et prend sa place au sein de la saga. La transformation de Tate en vampire et son désir pour Cat menace plus que jamais Bones. Tate réussira-t-il à remplacer Bones, qu'adviendra-t-il de leur mission commune pour le QG? L'apparition de Patra dans ce tome a amené un vent de nouveauté. Souvent c'était des hommes qui menaçaient, maintenant une jolie déesse égyptienne s'en met de la partie. C'est très divertissant! J'ai aussi été un peu blessée suite à la mort de Max, le père de Cat. Jamais je n'aurais pensé qu'un père puisse avoir une identité dénuée de toute pitié! Tout ce qu'il a fait endurer à Cat, franchement j'aurais préféré qu'il s'excuse et prenne sa place dans les rangs de Bones près de sa fille. Cela aurait été véritablement le rôle d'un père! Heureusement que Justina, sa mère, a commencé a baisser la garde avec les vampires, je soupçonne même qu'elle commence à se plaire en leur présence!

Je félicite surtout l'auteure pour sa fin exceptionnelle! Un mélange de goules, de vampires, de magie, de fantômes etc., j'en ai eu plein la vue! J'ai même trouvé que cette fin était meilleure que dans les deux premiers tomes. Les effets surnaturels étaient bien réussis et on a réellement cru à la perte du héros durant un certain temps. J'arrêtais pas de me dire que c'était impossible compte tenu qu'il y avait d'autres tomes à la série! Inutile de dire que quand il est revenu mon coeur a recommencé à battre, je ne peux pas me passer de Bones!

J'ai hâte de connaître la suite de leur aventure dans le tome 4!

Je donne la note de 4/5. 

Syrie James, Dracula mon amour

Résumé
Mina est amoureuse et sur le point d’épouser l’homme qu’elle aime. Sa meilleure amie, la jolie Lucy, est elle aussi sur le point de se marier. Les deux jeunes femmes décident de partir en vacances à la mer pour profiter de leurs derniers moments de célibat ! Mais l’arrivée dans leur vie d’un gentleman fascinant, ténébreux et sulfureux, va ébranler toutes leurs certitudes. Lucy tombe mystérieusement malade, et Mina, quant à elle, est soudain assaillie par des désirs inavouables...
Ma critique
Bien que j'aie mené à bout la lecture de ce roman, je n'ai pas senti qu'il me marquerait vraiment.

Concernant le style de l'auteur, bien que l'écriture soit fluide, j'ai trouvé que la construction des phrases était froide et quelque peu ancienne. C'est pourtant un ouvrage qui revêt de grandes et puissantes émotions: amour, colère, tristesse, angoisse etc. Cependant, la façon dont elles sont exprimées avec une certaine distance (comme si l'auteur s'était contenté de narrer sans ressentir son histoire) les rend faibles en intensité.

Les personnages, bien qu'explicitement décrits, ne sont parvenus à venir me chercher pleinement. Mina, partagée entre son amour pour son mari et celui qu'elle éprouve envers Dracula, passe à travers un amalgame d'émotions. De la colère à la passion, de la culpabilité à l'abaissement des armes, tout y est évoqué. Cependant, la faiblesse dont l'auteur fait preuve, c'est qu'elle narre les faits de la même manière que les passages émotionnels. Le côté artistique de Mina est cependant bien mis en avant lors de ses discussions étoffées avec le comte, tandis que le côté cartésien et rationnel de son mari est prédominant dans les réunions précédant la traque et les décisions prises en cours de route. Dracula, quant à lui, fait preuve d'un grand pouvoir de séduction propre aux vampires et d'un raffinement que trahissent sa bienséance et sa bonne connaissance culturelle. Nul doute que toute femme sensée aurait facilement perdu la tête devant un homme aussi beau et accompli.

Concernant l'intrigue, j'ai trouvé que les stratagèmes élaborés par les hommes étaient perspicaces et permettaient de faire avancer l'histoire. Les moments de passion entre Mina et Dracula sont ceux que j'ai trouvé les plus magiques et accrocheurs. Ces deux personnages semblaient évoluer dans une bulle éloignée du monde; une bulle de bonheur et d'extase surnaturelle. Les mythes et réalités concernant le mode de vie des vampires sont aussi fort intéressants à découvrir compte tenu qu'ils constituent les indices clés pour orienter la quête. Les divers déplacement du comte sous l'identité de M. Wagner ont apporté beaucoup au côté romantique de l'histoire, mais mon seul regret demeure d'avoir découvert trop tôt qui M. Wagner était vraiment. Il s'agit d'un roman riche en action et en rebondissements, mais dont les mystères sont dissimulés derrières des indices trop révélateurs. À la fin j'étais certaine que le comte l'emportait, cependant, l'arrivée inattendue du mari de Mina (un peu comme un cheveu sur la soupe) a fait en sorte que justice a été rendue. Je déplore la facilité avec laquelle Jonathan a retrouvé Mina. Elle aurait pu tout bonnement être allée se promener! Le bien a triomphé du mal même si je doute que si Mina avait choisi de vivre aux côtés du comte, il aurait su prendre soin d'elle. Sa culture l'aurait sans doute divertie, d'autant que Dracula avait des connaissances illimitées des choses. Par contre, je suis sceptique à savoir si l'enfant de Mina n'a pas comme père le comte Dracula? Il possède des yeux bleus ciel comme celui-ci et une intelligence et des talents supérieurs aux autres jeunes de son âge. Quelle est votre opinion à ce sujet?