dimanche 23 avril 2017

La mort d'une princesse de India Desjardins

Résumé
À 31 ans, après une rupture amoureuse, Sarah réalise rapidement que le scénario typique de comédie romantique ne sera pas pour elle. Sept ans plus tard, au top de sa carrière et toujours célibataire, Sarah se complaît dans son tourbillon professionnel réconfortant, gorgé d'ambition, de succès et de masques sociaux. Quand on voit les relations de couple avec lucidité, est-il possible de s'ouvrir de nouveau à l'amour?

La mort d'une princesse, c'est ce moment où les illusions tombent. On doit alors faire face à la réalité et trouver sa propre façon de vivre sa vie.

Mon avis
Si vous vous attendez à trouver un roman qui ressemble à la saga d'Aurélie Laflamme, détrompez-vous. Cet ouvrage s'adresse à un public plus âgé, des adolescents jusqu'aux adultes. Je vous avoue avoir été sceptique dans les premières pages. Je pensais ne pas accrocher, mais plus je continuais, plus je comprenais la raison qui avait poussé l'auteure à rédiger ce roman. Finalement, plus je lisais, plus je me suis mise à adorer.

La plume de l'auteure est plus mature et réfléchie que dans sa précédente série. On découvre un côté de l'auteure qui jusqu'à présent était resté dans l'ombre. J'ai eu l'impression de l'avoir vu s'exposer à cœur ouvert, d'avoir pris connaissance de son opinion sur l'amour (bien qu'il s'agit d'une fiction, je peux bien me faire des idées?). Il y a un côté philosophique a son écriture qui s'écarte de la chick-lit à laquelle je pensais avoir affaire. Mais loin de là, il ne s'agit pas d'un roman girly à proprement parler, mais plutôt une réflexion sur la réalité amoureuse d'une trentenaire accomplie. Je trouve que le style lui va plutôt bien et je l'encourage pleinement à écrire des romans pour les adultes.

Sarah est une femme qui a subi de nombreuses déceptions amoureuses et qui décide par le fait même de se concentrer uniquement sur son travail. Elle est au cœur des réflexion sur l'amour, sur la vraie nature des hommes, ce qu'ils recherchent dans une relation etc. Elle ne semble de prime abord n'avoir aucun défaut outre de vouloir s'engager, mais en est-ce vraiment un? Je n'y crois pas. L'auteure met l'accent sur son état psychologique tout au long du roman au fur et à mesure qu'elle prend des décisions pour améliorer sa qualité de vie et cesser d'avoir le cœur brisé.

L'intrigue nous dépeint le portrait d'hommes, tous différents les uns des autres, mais qui, aux yeux de Sarah ont tous le défaut de ne pas lui convenir. Elle ne souhaite plus se faire d'attente et envisager de relations à long terme de peur d'être déçue. Elle s'avoue même complètement désillusionnée de l'amour. J'ai adoré les références que l'auteure a mise aux divers contes de Disney, notamment Blanche-Neige. J'ai trouvé qu'elles étaient très appropriées au contenu qui suivait chaque section. Ça a été un réel plaisir d'associer des passages de ces contes de mon enfance avec la vie de Sarah.

Ne vous laissez pas berner par le début qui peut paraître un peu long et plaignard. L'histoire a sa raison d'être et il faut à tout prix la lire au complet pour bien en retirer l'essence. Il y a de nombreuses leçons à tirer de l'intrigue, la première étant qu'il ne faut jamais cesser de croire à l'amour. Sur ce, je ne vous en dis pas plus et j'espère que vous prendrez plaisir à la lecture autant que moi j'en ai tiré.

Je remercie Québec loisirs pour ce partenariat.

Si vous n'êtes pas encore abonné le faire ici 
Le lien du livre ici

La ronde des souvenirs de Danielle Steel

Résumé
Une vie pleine d'embûches... Rien ne pouvait supposer que Tana Roberts, douce et jolie jeune fille, orpheline de père, violée à seize ans, deviendrait un jour une femme indépendante et enviée.
Grâce à Sharon, d'abord, l'amie précieuse qui lui ouvrira les yeux sur le monde et saura l'écouter, puis à Harry, surtout, le frère de cœur, le double, Tana prendra ses distances avec une mère attentive mais incapable de la comprendre, puis retrouvera confiance en elle, malgré l'événement tragique qui a brisé son adolescence et compromettra longtemps sa vie de femme. Ne voulant dépendre de personne, Tana se consacre à sa carrière de magistrat, tout en affrontant bien des épreuves et bien des déceptions. Mais saura-t-elle vaincre ses craintes intérieures pour connaître enfin la plénitude, la sérénité du cœur ?

Mon avis
Que dire des romans de Danielle Steel à part qu'ils ont le don de nous toucher droit au cœur? J'ai toujours admiré la sensibilité de ses histoires et celle-ci n'en fait pas exception.

Sa plume est accessible, sans fioriture. Elle dépeint la réalité familiale et complexe des gens qui entourent Tana avec minutie et respect. Danielle Steel sait aborder les sujets sensibles en respectant le lecteur et en faisant en sorte de ne pas le brusquer. Le viol qui a marqué la vie de Tana durant de longues années a été traité avec forte réflexion, mais sans emphase choquante. J'ai pour sa plume une grande affection, car tous ses ouvrages se dévorent rapidement et on ne se lasse pas de même les relire quelques années après.

La protagoniste, Tana, est une jeune fille qui a perdu son père trop rapidement. On suit son évolution tout au cours du roman au fur et à mesure que les années passent. J'ai apprécié comment l'auteure a fait maturer Tana graduellement tout en tenant compte de son état psychologique. Le personnage est très réaliste tout comme les autres personnages de l'histoire qui ont tous un contexte dramatique dont l'auteure nous partage des bribes petit à petit. De la petite fille un peu naive en est ressortie une femme forte pleine de convictions. Le portrait que l'auteure dresse des personnages de cette histoire est ce que j'ai apprécié le plus de ce roman.

L'intrigue aborde tout d'abord la vie qu'a choisit de vivre la mère de Tana bien que cette dernière n'approuve pas la direction qu'a prise sa mère. Jane est d'ailleurs présente tout au long du roman pour tenter d'épauler sa fille du mieux qu'elle le peut, mais en y réussissant pas toujours. En dehors de la famille, il y a les amis et Tana voit en Harry quelqu'un sur qui elle peut réellement compter. Mais le viol qu'elle a subi l'empêche d'avoir des relations amoureuses pendant plusieurs années. Je vous laisse suivre son parcours en lisant cet ouvrage. Vous ne le regretterez pas et y verserez peut-être quelques larmes, car Tana, malgré son caractère désagréable par moments, a su venir me chercher.

Je remercie Interforum editis pour ce partenariat.


lundi 3 avril 2017

La drôle de vie de Zelda Zonk

Résumé
Foutu mardi, foutue pluie… Sur cette route d’Irlande qu’Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c’est l’accident. À l’hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d’emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c’est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant… Tout en menant l’enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marylin, si elle a réussi à passer de la lumière à l’anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ?

Mon avis
J'ai entamé la lecture de ce roman dont je n'avais aucune connaissance de l'auteure suite à la consultation des avis de nombreuses blogueuses françaises. Je dois avouer que j'ai été séduite par la couverture qui laissait présager un roman au rythme lent et contemplatif. Ce qui à la fin s'est avéré partiellement vrai.

Laurence Peyrin est une auteure à la plume à la fois fluide, poétique et efficace. Elle traite de sujets difficiles avec beaucoup de précision et de minutie et a su faire des situations embarrassantes des leçons de vie et des apprentissages à la fois pour les personnages et le lecteur. Je m'attendais au début à des longueurs comme on peut parfois en trouver dans des ouvrages descriptifs, mais celui-ci est bien dosé entre la part de discussion et les actions.

La protagoniste est Hanna. C'est une femme qui se complaît dans un mode de vie routinier avec son mari écrivain. Rien ne vient troubler la quiétude de sa vie. C'est une femme droite, honnête et dotée d'un grand cœur. Elle se tient loin des scandales, jusqu'au jour ou en allant travailler, survient un accident de voiture. À l'hôpital, elle fait la connaissance de Zelda Zonk, une femme qui semble avoir vécu une vie si merveilleuse qu'Hanna se met en tête de tenter de nouvelles expériences. J'ai apprécié la différence entre les personnalités de ces deux personnages dont les vies vont se croiser tout au long du roman. L'accent est mis sur le côté psychologique de ces dames, leurs émotions, leurs craintes, leurs rêves. Ce sont des personnages que j'ai trouvé inspirants, même aujourd'hui. Ce qu'elles nous apprennent est éternel et ne vieillit pas.

L'intrigue traite de l'émancipation graduelle d'Hanna, pour le meilleur et pour le pire. Dans un sens, elle découvre une autre facette de la vie, mais dans un autre, il s'avère que cela peut être au détriment de sa famille et de son couple. Tout est une question d'équilibre, mais pour Hanna, la ligne entre la droiture et le dérapage s'amincit de plus en plus chaque jour. L'intrigue regorge de confidences sur le quotidien, tout en insérant un mystère qui taraude chaque jour Hanna sur la véritable identité de Zelda Zonk. Qui est vraiment cette femme? J'ai apprécié que l'intrigue me fasse découvrir les paysages irlandais ainsi que français. C'est un roman feel-good que l'on déguste à petites bouchées, mais qui nous laisse à la fin sur une envie énorme de connaître la suite de l'émancipation d'Hanna.

Je vous conseille la lecture de ce roman si vous voulez changer un peu le rythme de vos genres favoris. Il est très difficile à poser et laisse place à la réflexion. Une intrigue hors du commun qui vous surprendra très certainement!

Je remercie Interforum editis pour ce partenariat.




lundi 27 mars 2017

Le parfum des sentiments de Cristina Caboni

Résumé
Elena, 26 ans, surprend son petit ami avec une autre dans la cuisine du restaurant. Elle change de vie, s'installe à Paris où elle est recrutée chez un parfumeur. Elle rencontre le mystérieux Cail McMLean...

Mon avis
Ce roman a littéralement modifié ma façon de lire les romances. Au-delà de la traditionnelle rencontre menant à une histoire d'amour, la complexité de la trame mettant en contexte l'intrigue est tout simplement féérique.

Tout d'abord, l'auteure maîtrise à la perfection le vocabulaire propre au domaine de la parfumerie. À travers ses descriptions, elle parvient à nous faire sentir les mélanges à travers les pages. J'ai ressenti l'émotion des parfums tout au long des pages entre l'Italie et la France. Le style littéraire de l'auteure est fluide, attrayant et prend à la tête avec souplesse et tentation. Je n'ai rien à redire, pour un premier roman j'ai été émerveillée comme une petite fille.

La protagoniste est Elena. Toute sa famille est dans l'art de la parfumerie depuis des générations. De son côté, sa séparation d'avec son conjoint l'amène à renouer avec les parfums et elle se retrouve tout droit dans une quête identitaire mais aussi dans un labyrinthe de souvenirs et de secrets enfouis. Elle rencontrera des gens qui lui feront regarder le monde d'une autre façon et lentement, sa vie prendra un nouveau départ. Elena m'a parue comme une femme d'une grande force intérieure, mais qui n'a pas confiance en elle. Elle est très effacée, mais pourtant elle regorge d'un potentiel énorme non exploité. L'auteure a dépeint des personnages qui ont tous des démons intérieurs en quête d'une libération d'eux même.

L'intrigue traite à la fois de l'histoire familiale d'Elena et de son rapport aux parfums, mais aussi de la quête d'un sens à sa vie et d'une histoire d'amour magique. Les lieux sont bien décrits, les paysages magnifiques et c'est l'atmosphère qui règne dans ce roman qui crée un profond velours dans le cœur du lecteur. Le mélange des odeurs, des sentiments et du rapport à l'âme en fond un tout élégant et sophistiqué. J'ai ressenti les moments d'allégresse autant que les émotions les plus difficile et je dois dire que le rendu de ce roman est tout à fait exceptionnel.

Je vous recommande fortement la lecture de ce roman. Il m'a fait voyager dans plusieurs pays et a su me faire décrocher complètement de ce qui m'entoure. C'est un de ces romans dont la trame de fond est peu commune et qui s'avère être une découverte surprenante.

Je remercie Interforum editis pour ce partenariat.


lundi 20 mars 2017

Le monstrologue de Rick Yancey

Résumé
La peur est parfois notre seule amie.
« Voici les secrets que j'ai gardés. La confiance que je n'ai jamais trahie. Mais cela fait aujourd'hui plus de quatre-vingt-dix ans qu'est mort celui qui m'a accordé sa confiance, celui dont j'ai conservé les secrets. Celui qui m'a sauvé... et aussi condamné. »
Ainsi commence le journal de Will Henry, jeune apprenti auprès d'un docteur à la spécialité des plus inhabituelles : la chasse aux monstres. Au fil des années passées à ses côtés, Will s'est accoutumé aux visites nocturnes et aux missions périlleuses. Mais lorsqu'une nuit, un pilleur de tombes leur apporte une trouvaille particulièrement macabre, Will et son maître se retrouvent embarqués dans une vertigineuse descente au coeur de l'horreur...
L'auteur de la série best-seller La 5e Vague revient avec quatre tomes d'épouvante : âmes sensibles s'abstenir !
Mon avis
J'avais été déçue suite à ma lecture de la 5eme vague qui n'avait pas été à la hauteur de mes attentes. Cependant, je me donne toujours une deuxième chance de découvrir les auteurs avec une autre œuvre qu'ils ont écrit et dans ce cas-ci, j'ai bien aimé Le monstrologue.

Le style est différent de son autre saga. J'ai eu l'impression d'entrer davantage dans l'histoire, de m'imprégner de l'atmosphère du cimetière, du laboratoire etc. Le vocabulaire utilisé notamment pour les dialogues du docteur m'ont aidée à personnifier ce personnage pour le moins loufoque, mais surprenant. Les titres des chapitres sont en accord avec le contenu et je met ici un point d'honneur à mentionner l'originalité des créatures horrifiantes de l'histoire. Il y a ample détails, mais cela ne va pas jusqu'à dégoûter le lecteur.

Le personnage du docteur est celui que j'ai préféré. Son apprenti Will Henry est certes un autre des protagonistes de l'histoire, mais sa personnalité est un peu plus effacée. Le docteur a constamment une attitude étrange, tiens parfois des propos décousus, mais on souhaite toujours en apprendre plus sur ses expériences et ses réflexions. Les anthropophages sont au cœur de cette intrigue pour le moins inhabituelle, car ce ne sont pas des créatures que l'on rencontre fréquemment dans les ouvrages fantastiques. C'est d'ailleurs de là que l'intrigue tient toute son originalité.

La présence des créatures et leurs actions sont ce qui rend l'intrigue palpitante. On décrit leurs gestes, leurs réactions et on va même jusqu'à constater la couleur de leur peau et leur odeur. Les anthropophages se retrouvent parmi les humains dans la ville ou habite le docteur et son apprenti Will Henry. Ces derniers doivent comprendre la raison de leur présence. S'ensuit alors une série de péripéties qui nous feront parfois douter de l'auteur et à d'autres moments, on appréciera son côté audacieux face au choix des décisions et des actes des personnages.

C'est un roman fantastique qui frôle les limites de l'horreur, mais qui est pour le moins inusité. J'ai apprécié ce roman qui sort des sentiers battus et je lirai très certainement la suite des aventures de ce duo loufoque. J'espère voir Will Henry sortir davantage de sa coquille dans le prochain tome. Bref, n'hésitez pas ce roman est toute une surprise...horrifiante!

Je remercie la collection R des éditions Robert Laffont pour ce partenariat.

lundi 13 mars 2017

Kayane: Parcours d'une e-combattante de Kayane

Résumé
L'autobiographie événement d'une star du jeu vidéo !
"Je n'avais qu'une envie, c'était de jouer. Jouer, et gagner".
Depuis sa première convention jusqu'à sa carrière actuelle de joueuse professionnelle, Kayane nous raconte son parcours semé d'embûches.
Intensivement entraînée par ses frères depuis l'âge de huit ans, elle a su se faire un nom dans l'univers de l'e-sport, et une place en tant que fille dans un milieu parfois hostile.
Véritable déclaration d'amour au jeu vidéo, ce livre est aussi une belle leçon de dépassement de soi. Kayane décrit ses tournois aux quatre coins du monde, ses difficultés et ses réussites, et son combat pour faire de sa passion son métier.

Mon avis

Je suis une adepte des jeux videos depuis mon jeune âge. Je dois dire que j'ai commencé à jouer à peu près à l'âge de Kayane. Après la lecture, c'est mon deuxième passe-temps préféré. Alors quand j'ai vu l'autobiographie de cette jeune prodige, je me suis sentie attirée par son univers. Je voulais savoir tout de ses accomplissements.

En premier lieu, Kayane a un grand talent pour raconter sa propre histoire. Tous les événements auxquels elle a participé, j'ai pu littéralement ressentir l'énergie de la foule et la tension de l'auteure alors qu'elle participait en direct aux jeux de combat. Le tout est bien structuré entre les diverses phases de sa vie, de son enfance à son adolescence.

Kayane décrit dans cette autobiographie à quel point il est difficile pour une fille de faire sa place dans le monde du jeu video. Ses traits de personnalité ressortent à travers sa persévérence, son entêtement et sa motivation à accomplir ses rêves. On peut facilement appliquer sa situation à plusieurs autres domaines de travail qui sont essentiellement masculins et dans lequel il est difficile pour une femme d'être entendu. C'est un ouvrage qui trouve sa place dans l'actualité, et j'ai apprécié le fait qu'elle aille à l'essentiel sans prendre de gants blancs.

On n'aborde que quelques titres de jeux videos dans cet ouvrage alors que visiblement comme j'ai pu le constater sur la page Facebook de Kayane, elle joue à diverses consoles incluant Nintendo. J'aurais apprécié voir davantage de références à d'autres jeux même s'ils ne sont pas nécessairement propices aux combats en grand public.

Je vous conseille fortement la lecture de cette autobiographie, car c'est loin d'être une simple mention de réussite. C'est aussi un message qui incite les femmes à prendre leur place dans n'importe quelle sphère de leur vie.


Je remercie Interforum editis pour ce partenariat.


mardi 7 mars 2017

Et le ciel sera bleu de Tamara McKinley

Résumé
Angleterre, 1939. La vie n'a pas été tendre pour la jeune Sally Turner, 16 ans, qui élève seule son frère de six ans, Ernie, atteint de polio. Leur mère, Florrie, les a abandonnés dès que la guerre a éclaté, et leur père a été appelé sous les drapeaux. Tous deux trouvent alors refuge à Cliffehaven, une bourgade située sur la côte sud de l'Angleterre. Ils y sont accueillis par Peggy Reilly, la propriétaire de la Pension du Bord de Mer et Jim, son mari quelque peu bourru. Sally trouve, auprès de la famille Reilly, un foyer d'adoption qui lui permettra de s'épanouir. Elle obtient un emploi dans une usine de confection d'uniformes, où ses talents de couturière se révèlent. Sally fait de plus la rencontre de John Hicks, un mystérieux pêcheur. Mais la guerre et l'arrivée de Florrie à Cliffehaven menacent ce fragile équilibre.

Mon avis
J'ai choisi ce roman de l'auteure australienne dans le catalogue, car j'en avais entendu grand bien. Ses histoires avaient semblé d'une grande inspiration pour plusieurs blogueurs et je dois dire qu'après avoir lu ce roman, j'en suis ressortie changée. C'est un roman qui, malgré le contexte de guerre, nous laisse sur une émotion positive.

La plume de l'auteure est d'une grande fluidité. Elle aborde le contexte de la 2eme guerre mondiale avec simplicité, émotions et énormément de compassion. L'écriture nous fait voyager d'elle même à travers plusieurs contrées d'Angleterre. Le choix du vocabulaire est simple, élégant et efficace. Les phrases nous réchauffent le cœur à chaque instant et on a littéralement l'impression de faire partie de la pension dans laquelle Sally réside. C'est un roman historique d'une grande finesse et qui a le pouvoir de nous faire garder espoir quand la sécurité ne tient qu'à un fil.

La protagoniste est Sally. À 16 ans seulement, elle quitte la résidence de sa mère avec son jeune frère Ernie atteint de polio pour se diriger dans une contrée qui n'est pas menacée par les alertes de bombardements. Sally apprend à vivre dans une nouvelle famille, celle de Mme Reilly, qui est la propriétaire de la pension du Bord de mer. Les personnages de ce roman ont tous des caractéristiques qui nous les font aimer. Ils ont tous l'air sympathiques, chaleureux et avenants. Même les plus détestables ne peuvent entacher l'atmosphère chaleureuse du roman. L'auteure a réussi à recréer des personnages fidèles à leur époque tant dans leur habillement que leurs préoccupations.

L'intrigue porte sur l'adaptation de Sally et Ernie à leur nouvel endroit de vie. Ils y découvrent des gens qui ont des qualités de cœur énormes et tiennent à eux réellement contrairement à leur mère Florrie. Sally prend un peu de temps pour vivre sa jeunesse, créer des amitiés et même découvrir l'amour. Bien sûr, des obstacles se tiendront sur son chemin, mais sa détermination est sans faille. C'est une adolescente qui m'a impressionnée de par son sens des responsabilités et sa maturité. Quant aux autres personnages du roman, ils ont chacun une histoire qui nous les font apprécier autant que la protagoniste, car l'espace qu'ils occupent est presque aussi important que le personnage principal.

Je vous conseille fortement la lecture de ce roman. Il ne s'agit pas d'un lourd ouvrage historique, mais plutôt d'un roman qui vous redonnera une autre perspective sur la guerre de 1939.

Je remercie Québec Loisirs pour ce partenariat.


Si vous n'êtes pas encore abonné faites le ici
Vous procurer le roman ici