mardi 23 août 2016

Sans aller à l'école, je suis devenu mangaka de Syoichi Tanazono

Résumé
Le jeune Masatomo aurait pu avoir une vie normale : jusqu'à son entrée à l'école primaire, il était en effet un petit garçon plutôt jovial. Mais hélas, en première année, et peu de temps après la rentrée, sa trop colérique enseignante lui donne un gifle particulièrement violente, et pas du tout justifiée. Dès lors, la spirale infernale commence pour Masatomo, qui n'ose plus retourner à l'école : peur du regard d'autrui et des rumeurs, incapacité à sortir de chez soi, difficultés d'intégration… Tous les ans, malgré les efforts de ses parents, mais aussi de nombreux professeurs et pédagogue, il n'arrivera jamais à suivre une scolarité "normale". Préférant passer ses journées chez lui, à copier des dessins de Dragon Ball… Et si, au fil des pages, une vocation salvatrice était en train de naître ?
 Mon avis
  Parmi toutes les sagas disponibles, ce volume one-shot a attiré mon attention à cause de sa couverture. L'expression du petit garçon attristé m'a tout de suite touchée. Je voulais connaître la cause de son malheur à tout prix.
 
  C'est le premier manga de l'auteur que je lis et parmi toutes les sagas que j'ai pu découvrir, celui-ci se différencie énormément des autres par l'atmosphère sérieuse qui s'en dégage et par le sujet traité. Les pensées du personnage principal sont bien adaptées à son jeune âge et on suit bien l'évolution de son état psychologique au fil des pages. Les dessins ne sont pas aussi détaillés que pour d'autres séries. Les nuances de gris ne sont pas aussi présentes et les personnages ne sont pas aussi travaillés sur les expression faciales et les détails physiques. Cependant, l'histoire compense énormément ce manquement par la force du message véhiculé.

  Le personnage principal est Masatomo. Il est un jeune garçon comme tous les autres jusqu'au moment ou, à l'école primaire, son enseignante le traite d'une façon inadéquate en lui donnant une gifle après qu'il ait posé une simple question. Masatomo développe ensuite plusieurs problèmes d'intégration avec ses pairs, une peur d'aller à l'école et des difficultés à se faire des amis. Tel que mentionné plus tôt, l'auteur aborde ce sujet avec sérieux tant dans les interactions de ses parents avec lui que dans les pensées de Masatomo alors qu'il s'adonne à son échappatoire préféré, le dessin.

  L'intrigue met en scène plusieurs professeurs qui tenteront tant bien que mal d'aider Masatomo à réintégrer l'école. Malheureusement, celui-ci est incapable d'y aller à tous les jours et l'attitude mesquine de ses camarades ne l'aident aucunement. L'auteur démontre ici des fléaux qui sont d'actualité encore aujourd'hui. Je pense notamment à l'intimidation, à l'anxiété et au phénomène d'influence d'un élève qui occupe le rôle de chef. L'intrigue est très chargée émotivement, chacun des personnages secondaires ayant un rôle sur l'évolution de Masatomo. Comme ce manga est basé sur une histoire vraie, l'impact est encore plus réel. La fin donne cependant un message d'espoir énorme auquel se rattacher, car chaque être humain peut puiser en lui la force de réussir.

  Je conseille ce manga à un large public, pas seulement aux enfants ou aux adolescents. Il y a une importante leçon à tirer et vous prendrez plaisir à découvrir la personnalité de Masatomo, car il est très attachant.

Je remercie énormément Interforum editis pour ce partenariat.


lundi 22 août 2016

Did I mention I need you? de Estelle Maskame

Résumé
Cela fait un an qu'Eden n'a pas vu son demi-frère Tyler ... son amour secret. Leur histoire était impossible, mais Eden ne peut s'empêcher de se réjouir quand Tyler l'invite pour les vacances à New York.
De toute façon, Eden est heureuse avec Dean, son petit ami, et Tyler est sûrement passé à autre chose, lui aussi...
Pourtant, dans la chaleur étouffante de l'été new-yorkais, il devient vite évident qu'ils s'aiment encore...
Pourront-ils résister à la tentation ?
Mon avis
   Après un premier tome que j'avais littéralement dévoré, je n'avais d'autre choix que de poursuivre l'aventure d'Eden pour découvrir ce qui allait advenir de sa relation avec Tyler. J'avais été à la fois surprise par la qualité de la narration pour l'âge de l'auteure, mais aussi avec l'aisance dont elle fait preuve dans la structure de son texte.

Fidèle à elle même, sa plume est toujours aussi dynamique et rythmée que dans le premier opus. Maintenant que les personnages ont été présentés et que le contexte a été bien explicité, l'auteure s'attarde davantage à faire évoluer les liens entre les personnages. On y retrouve la même fluidité dans l'écriture et la même facilité à lire les discours comme s'ils étaient une conversation de vive voix. Toujours rien à redire, un style idéal pour un public Young adult.

   Les personnages présents dans le premier volume sont pour la plupart tous de retour pour cet été qu'Eden va passer à New-York. Les parents sont absents de l'histoire cette fois, mais quelque chose me dit qu'ils seront de retour pour la fin de la saga. Steven, le colocataire de Tyler se joint à l'intrigue, ainsi qu'Émilie, une anglaise participant au programme pour raconter les sévices subis dans l'enfance. Sans le savoir, ils se retrouveront au coeur des problèmes suscités par la relation impossible entre Tyler et Eden. J'ai apprécié l'ajout de ces personnages, surtout celui d'Émilie qui permet d'orienter l'intrigue vers d'autres possibilités qui s'éloignent de la redondance des conflits familiaux au coeur du premier volume. L'auteure a fait en sorte de les rendre suffisamment présents à mon goût pour que j'aie l'impression qu'ils ne soient pas tombés comme un cheveu sur la soupe. Leur rôle est au contraire crucial pour l'action.

   L'intrigue se déroule cette fois à New-York ou Eden a été invitée par Tyler à passer quelques semaines de ses vacances estivales. Elle laisse donc de côté son petit ami Dean pour aller le rejoindre. La première partie du livre est plutôt descriptive. L'auteure s'attarde plutôt à nous dresser un portrait des rues et des attractions de New-York. J'ai apprécié davantage la deuxième partie ou l'action est à son comble. Prises de bec sont au rendez-vous, visites inattendues etc. Le secret d'Eden et de Tyler est de plus en plus menacé alors qu'il devient de plus en plus évident que le moment de la prise de décision approche à grands pas.

  J'ai trouvé ce deuxième volume un peu plus faible que le précédent, mais seulement pour dire, je l'ai tout de même lu en une journée. Ce n'est donc pas dramatique, car la saga trône toujours en haut de ma liste de mes favoris du genre. Si vous ne l'avez pas encore fait, n'hésitez pas à découvrir Estelle Maskame!

Je remercie énormément Interforum editis pour ce partenariat!


vendredi 19 août 2016

À moi la liberté de Joève Dupuis

Résumé
Est-ce que je me suis vraiment sauvée de mon propre mariage sur un coup de tête ? Sans avertir ma famille, les invités, ni même mon fiancé ? Arrête, Marisol, ce n'est pas si grave. Ça peut arriver à tout le monde.

Ou pas...

Quelle idée j'ai eue, aussi, de vouloir me marier à vingt-trois ans, avec mon premier chum ? Je me disais qu'on était rendus là, Nicolas et moi, que c'était dans l'ordre des choses, après toutes ces années ensemble. L'étape logique à franchir, quoi ! Mais non. Je n'étais plus heureuse. Alors j'ai tout quitté pour atterrir à Ogunquit.

Là-bas, j'ai trouvé le paradis : cours de surf avec le plus beau gars de la terre, rencontres excitantes, souper romantique... Jusqu'à ce que le passé me rattrape et me fasse faire de douloureuses découvertes.

Moi qui pensais qu'un voyage au loin m'aiderait à y voir plus clair... Eh bien, c'est tout le contraire !

Mais je dois arrêter de me poser mille et une questions. Me concentrer sur ce qui m'arrive de beau. Profiter du moment présent. De ma liberté.
Mon avis
  Il y a de ces romans qu'on s'empresse de lire en une journée soit parce que l'intrigue nous transporte littéralement ou encore qu'elle nous fait rêver d'autres lieux qu'on n'a jamais visités. Cet ouvrage se situe dans la deuxième catégorie. J'ai connu des gens qui ont visité Ogunquit, mais pour ma part, je n'avais aucune idée de ce à quoi cet endroit ressemblait. Heureusement, l'auteure m'a permis d'y voyager à distance...

 Sa plume vise avant tout un public Young adult et jeunesse. Il n'y a aucune prise de tête dans ce roman, c'est un ouvrage à lire les deux pieds dans le sable ou sur le bord de la piscine. Les chapitres sont d'une durée raisonnable et le vocabulaire bien adapté à ce type de lecture.Certaines expressions font ressortir la nationalité québécoise de l'auteure, mais c'est vraiment ce qui fait le charme de la langue française. On peut la manier pour faire ressortir ce qu'on veut vraiment exprimer au lecteur.

  La protagoniste est Marisol. Elle m'a fait penser aux adolescentes qui ont vieilli trop vite et qui n'ont pas pu profiter de leur jeunesse. C'est à mon avis ce qui s'est passé quand elle a pris la décision de fuir son mariage. Tout s'est déroulé de soit à son insu et elle s'est rendue compte qu'elle n'avait pas le contrôle de ses choix. À Ogunquit, elle fait la rencontre de Rayvan qui a tout du gars de plage sans substance dont on tombe amoureuse le temps d'un été. L'auteure a vraiment bien dépeint le portrait de ce personnage, surtout qu'à force de le connaître on se rend compte qu'il est beaucoup plus qu'un simple flirt pour Marisol. Les personnages sont vraiment une bouffée d'air frais dans la chaleur de l'été, sans compter les passages cocasses de part et d'autres.

  L'intrigue démarre vraiment lorsque Marisol prend la décision de fuir son mariage pour rouler vers Ogunquit. Elle n'a aucune idée ce qui l'attend et pour la première fois de sa vie elle prendra des décisions sans réfléchir. On assiste vraiment à l'épanouissement de la jeune femme au fur et à mesure que les jours passent. Elle découvre de nouvelles personnes, de nouveaux plaisirs dans la ville et s'adonne à un nouveau sport, le surf. L'auteure nous démontre ici qu'il est important de prendre le temps pour se ressourcer par périodes et faire le bilan de notre vie. Lâcher prise peut parfois réserver des surprises qui changeront notre vision des choses. Le seul point négatif que j'ai trouvé à l'intrigue c'est que Nicolas a été mis de côté. J'aurais apprécié qu'il n'abandonne pas aussi facilement et qu'il s'implique davantage pour reconquérir sa bien-aimée.

  C'est un roman estival que j'ai dévoré en une journée et qui m'a fait passer un agréable moment. Je me suis sentie bercée au son des vagues, les pieds dans le sable. Si vous avez envie d'un moment de détente n'hésitez pas à vous lancer dans cet ouvrage.

  Je remercie les éditions de Mortagne pour ce partenariat!


mercredi 17 août 2016

Une saison goût citron de Joanna Philbin

Résumé
Quand Rory descend du train à East Hampton, elle a l'impression de poser le pied dans un monde aux allures de magazines de luxe. Ici on habite de belles villas, on se promène en voiture décapotable, on glisse d'un cocktail à l'autre au fil des soirées. Engagée comme domestique par la fortunée famille des Rule, Rory se laisse à aimer Connor, le fils aîné, et à devenir amie avec l'impétueuse Isabel, l'enfant gâtée de la maison. Ensemble, les deux filles font les quatre cents coups. Jusqu'au jour où Isabel dépasse les limites... jusqu'au jour où l'on rappelle à Rory qui elle est et d'où elle vient... Un été au goût citron, à la fois frais et acide, qui va changer la vie des deux jeunes filles.

Mon avis
  C'est l'été et quoi de mieux qu'un roman à la couverture estivale comme celui-ci pour bien en profiter? J'ai entendu énormément de bien de cette auteure sur la blogosphère et j'ai donc choisi de la découvrir. Certains passages m'ont rappelé le conte de Cendrillon alors que d'autres m'ont plutôt fait penser aux milieux clinquants des héros de Gossip Girl. C'est un roman très agréable à lire en vacances et vous serez incapable de le poser avant d'avoir atteint la dernière page.

  L'auteure utilise un vocabulaire et un style d'écriture Young adult. Le roman est bien rythmé et on entre rapidement dans le vif de l'action chez la famille Rule. La différence entre le mode de vie de Rory chez elle et dans les East Hampton est bien marqué tant par les descriptions du paysages que l'attitude des personnages. Les chapitres sont d'une longueur adéquate, et il n'y a littéralement rien à redire sur le style.

  La protagoniste est Rory. Elle a choisi un emploi d'été différent de celui qu'elle occupait d'habitude pour aller habiter chez la famille Rule et faire les courses et autres tâches demandées. Elle est loin d'être préparée aux drames qui se passent dans cette maison. La famille Rule bénéficie d'un statut privilégié dans leur secteur fermé et n'hésite pas à démontrer sa supériorité à Rory. Cependant, sous les airs pincés et les faux sourires se cachent des secrets que Rory découvrira grâce à son amitié naissante avec Isabel. C'est la persévérance du lecteur à percer la façade des personnages qui rend la lecture intéressante, car l'auteure préserve le mystère jusqu'au dernier quart.

  L'intrigue aborde le séjour estival de Rory et son adaptation dans son nouvel emploi. Les enfants de la famille lui en font voir de toutes les couleurs sans compter les secrets familiaux. J'ai apprécié l'abondance d'action dans un récit qui aurait rapidement pu devenir contemplatif. Les enfants de la famille Rule sont très attachants et on distingue très bien les traits de l'adolescence chez Isabel. C'est une histoire qui va au delà d'un simple travail d'été et je dois avouer que j'ai quasiment eu un coup de cœur. Surtout pour la fin qui a littéralement fait palpiter mon cœur. Je ne vous en dis pas plus.

  Je vous recommande chaudement ce roman estival. Je lirai très certainement la suite en espérant qu'elle soit à la hauteur du premier opus.


  Je remercie les éditions Albin Michel pour ce partenariat.


lundi 15 août 2016

Le club tome 1: Le flirt de Lauren Rowe

Résumé 
Connaissez-vous le Club, où tous vos fantasmes deviennent réalité ? Rejoindre cette agence très sélecte, très chère et très mystérieuse, c'est l'assurance de faire des rencontres inoubliables. Voilà en tout cas ce qu'espère le sexy Jonas Faraday, qui rêve d'en devenir membre pour pouvoir enfin multiplier les aventures d'un soir. S'il ne lésine devant aucun argument dans sa lettre de candidature, il va bien vite être remis à sa place... Car sa « jolie chargée d'admission » ne se laisse guère impressionner par ses prétendues prouesses sexuelles. Troublé, Jonas n'a plus qu'une idée en tête : retrouver cette femme. À n'importe quel prix.
Mon avis
   Je n'ai pas été attirée de prime abord par le nouveau courant de littérature érotique qui s'est graduellement établi à la suite de Quatre nuances de gris. Je dois avouer que j'avais un préjugé sur le genre me disant que ce serait avant tout vulgaire et sans attrait littéraire. Cependant, une amie m'a dit que ces romans valaient tout de même la peine qu'on s'y attarde. Je me suis donc laissée tentée par ce premier tome de Lauren Rowe et j'ai plutôt été surprise.

   La plume de l'auteure est loin d'être vulgaire. L'anatomie des deux protagonistes ainsi que leurs états psychologiques de désir et d'affection sont décrits avec des mots justes. On ressent bien la chaleur des moments sans être dégoûtés par les descriptions. J'ai apprécié le changement de point de vue entre Jonas et Sarah. On découvre leurs pensées et leur personnalité à travers la narration qui va au-delà de l'aspect érotique. On se rend compte qu'ils ont une personnalité plus complexe qu'ils ne laissent paraître.

 Les deux protagonistes, Sarah et Jonas, vivent dans des milieux complètement différents. Sarah est étudiante en droit et pour payer ses sessions, elle travaille au Club et son boulot consiste à valider les inscriptions des nouveaux membres. Jonas, quant à lui, travaille pour l'entreprise familiale et a énormément d'argent. Il est décrit comme un homme aux pulsions débridées, mais en lisant le roman, on se rend compte que ce trait de sa personnalité cache un malaise plus profond.

  L'intrigue débute alors que Jonas, sous les conseils de son frère, s'inscrit au Club. C'est une organisation qui s'assure de répondre aux besoins des membres et de ne leur faire rencontrer que les candidats susceptibles de répondre à leurs désirs amoureux ou sexuels. Sarah lit donc la fiche de Jonas et s'occupe de lui envoyer un message électronique avec sa façon de penser. Par la suite, une série d'événements vont faire en sorte qu'ils vont se rencontrer. J'ai apprécié la façon dont l'auteure a fait évoluer la relation entre les protagonistes. On ressent bien le désir, mais aussi qu'il y a une connexion plus profonde entre les deux. Cependant, le boulot de Sarah au Club fait en sorte qu'elle n'est pas libre de ses envies. Il y a un bon équilibre entre l'intrigue et la force de la personnalité des personnages. Le tout donne un résultat puissant qui rend très bien les émotions au lecteur. La fin, quant à elle, laisse présager un deuxième volume qui aura à mon avis beaucoup plus d'action et un peu moins de moments érotiques. J'espère d'ailleurs en apprendre un peu plus sur le Club, car il n'y a presque aucun détail dans ce premier opus. C'était pourtant l'événement crucial de la rencontre entre les deux personnages.

  Si vous aimez le genre érotique, n'hésitez pas à lire cette saga. J'ai préféré la deuxième partie du roman à la première, car il y avait plus de mouvement. Ce premier tome constitue une excellente mise en contexte de l'action à venir. Bien que ce ne soit pas un coup de cœur, j'ai découvert un style différent qui m'a sorti de ma zone de confort et je souhaite évidemment connaître la suite de l'idylle entre Sarah et Jonas.


  Je remercie énormément Hachette Canada pour ce partenariat. 




samedi 13 août 2016

Arte tome 1 de Kei Okhubo

Résumé
 Florence, début du 16e siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

Mon avis
   Adepte de mangas shojos depuis mon adolescence, ma plongée dans l'univers des mangas seinen s'est faite avec ce premier volume de la saga Arte. J'ai été attirée par l'univers artistique de l'aristocrate et par la couverture superbe. C'est un genre complètement différent des histoires se déroulant dans le cadre scolaire des univers shojos, mais j'ai trouvé que l'histoire d'Arte dépassait le cadre des intrigues psychologiques de l'adolescence des héroïnes de shojos.

  La plume de l'auteur permet de rendre un contenu qui aurait pu s'avérer une histoire romancée complexe en une bande-dessinée accessible à un large public. Les dessins sont magnifiques. Ils ne lésinent pas sur les détails et les nombreuses teintes de gris en font un rendu exceptionnel. Tant les personnages que les décors sont traités avec méticulosité et même les plus infimes détails ne sont pas laissés au hasard. L'accent sur les expressions faciales est un peu moins présent que dans les mangas shojos. Je pense notamment à Ugly Princess tome 1 que j'ai lu récemment ou il y avait de nombreux carrés représentant les émotions de l’héroïne façon portrait. Cela n'a par contre eu aucun impact sur mon appréciation de l'histoire.

  La protagoniste est Arte. C'est une adolescente différente des autres membres de la famille aristocratique dans laquelle elle vit. Elle n'aspire pas aux mêmes ambitions et souhaite plutôt développer son talent artistique normalement réservé aux garçons. J'ai apprécié qu'elle soit représentée comme une femme forte qui brave les interdits pour obtenir ce qu'elle souhaite. D'autant plus qu'elle fait preuve d'une grande persévérance et de dévouement envers ses tâches. Son maître semble être un homme taciturne. Il se nomme Léo et on en apprend pas énormément sur lui dans ce premier volume. J'espère cependant pouvoir mieux le cerner dans les tomes suivants.

  L’héroïne, Arte, ne souhaite pas suivre le plan que sa mère a prévu pour elle; soit celui de lui trouver un mari. Arte décide donc d'aller cogner aux portes pour se trouver un maître qui accepte de voir ses créations. Son aventure commence donc dès sa rencontre avec Léo. Loin d'être facile d'approche, l’héroïne devra faire preuve de persévérance pour arriver à ses fins. L'auteur glisse aussi subtilement une mention d'une possible romance, mais je ne vous en dis pas plus. Je vous laisse y songer et considérer vous-même si cela est possible ou non. L'histoire est riche en informations, notamment sur la place occupée par les femmes au 16eme siècle. Elle nous permet de réaliser à quel point la situation a évolué, bien qu'elle ne soit pas parfaite.


  Je vous conseille fortement la lecture de ce manga. Il dresse le portrait d'un 16eme siècle sous la domination masculine et les efforts d'une femme pour percer dans un univers artistique fermé.

Je remercie énormément Interforum editis pour ce partenariat.


mercredi 10 août 2016

Agendas 2016-2017

Mon avis
  Que vous soyez adepte des smiley tous plus dynamiques les uns que les autres ou du jeu Candy Crush que vous transportez partout via Facebook, la collection Dragon d'or des éditions Grund et les éditions 404 vous apportent un peu de gaieté en de début d'année scolaire.

  Les agendas fournis par les établissements scolaires n'ont pas ce qu'il faut pour motiver les jeunes à écrire leurs devoirs soit: de la couleur, un rappel à la bonne humeur et de la place pour personnaliser chaque jour. Voilà pourquoi ces deux agendas viennent à la rescousse!

  Ils sont construits de la même façon bien qu'ils proviennent d'éditeurs différents. Ils débutent à la fin août (pile pour la rentrée) et se terminent en juillet bien après le début des vacances scolaires. Il y a donc plein de pages d'extra à utiliser pour y indiquer tout ce qui leur passe par la tête. Chaque jour bénéficie suffisamment de lignes pour y inscrire les devoirs, mais aussi les événements à l'école ou parascolaires. Des babillards ou inscrire des notes sont en plus insérés plusieurs fois dans le mois et pas seulement au début comme c'est le cas de certains agendas. Il y a donc suffisamment d'espace pour personnaliser à son goût! Les smileys ou les bonbons multicolores sauront vous faire sourire à tout coup en cas de blues de fin de journée.

  Au début de l'agenda, vous retrouverez la page de présentation habituelle pour permettre au jeune de retrouver son agenda en cas de perte ainsi que des renseignements importants qui pourront servir au professeur comme le numéro de contact en cas d'urgence. Un répertoire à la fin de l'agenda permet au jeune de noter les numéros de téléphone de ses amis.

  Et comme bien sûr on ne néglige pas l'aspect scolaire dans cet ouvrage, des cases sont allouées pour inscrire son horaire complet de la semaine, car on finit toujours par perdre le papier remis par le professeur. De plus, à titre d'aide-mémoire, des conjugaisons sont présentes à la fin de l'agenda.

  Ces deux agendas sont très complets et serviront pleinement les besoins scolaires de votre jeune en plus d'agir à titre de pense-bête. C'est une alternative intéressante à l'agenda obligatoire qui lui permettra de voir ses devoirs sous un meilleur oeil. N'hésitez pas à tenter le coup!

  Je remercie énormément les éditions Interforum editis pour ce partenariat.